AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
forum fermé mais toujours ouvert pour ceux qui veulent lire.
merci pour cette aventure, merci pour vous, merci pour votre imaginaire et pour tout ce que vous nous avez donné. I love you

Partagez | 
 

 contexte → la fabrique

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

varoom !
rumeurs : 131
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : war hole + tweek.
dollars : 785
réputation :
100 / 100100 / 100


métier : personal jesus, directeur de la factory, artiste imbuvable et précieux.
habitation : ici ou là, quelque part dans les murs, dans des appartements hauts perchés.



MessageSujet: contexte → la fabrique   Sam 12 Mai - 23:39



la fabrique

https://www.youtube.com/watch?v=WANNqr-vcx0

NEW-YORK 1966 → BAT'ART (n.m) guerre qui ne s'est jamais interrompue, bien que ponctuée de quelques trêves, entre artistes contradictoires et désirs de refaire le monde. C'est se battre par la lame de l'art, sous les yeux de toutes ses disciplines.

Le coeur palpite dans sa cage thoracique, le sourire est présent sur sa face habituellement fermée comme une porte de prison. Il s'avance dans son sanctuaire, caresse du bout des doigts les matériaux métalliques visant à faire de ce lieu un eden idyllique. Il inspire, il expire, regarde les quelques silhouettes qui encore écoutent ses ordres, quand d'autres veulent refaire le monde à leur manière - elles sont grandes, petites, trapues, colorées, délavées. La fierté ne se détache pas - jamais - quelques remarques se glissent ici ou là dans sa langue serpentine, et mains dans son dos, il regarde les yeux plissés les couleurs vives qui viennent changer l'espace d'une seconde son présent. Ici, dans ces quatre murs où se mêlent vices et vertus, où les éclats de rires se jouent des corps endiablés - presque possédés. De nuits, de jours, rien ne se ressemble - chaque aurore est une nouvelle vie au goût douce-amère. Il s'avance, jette un oeil sur l'extérieur - du haut de sa fabrique.
Lui le directeur qui veille avec attention sur ses ouvriers,
Lui le producteur aux gestes presque dansés,
Lui qui vend l'art à coup de cannettes de soupes,
Lui un peu fêlé - un génie pourtant dit-on encore de lui.
Andy Warhol n'aura jamais tant eu raison de mettre sur pieds son usine - aux cliquetis silencieux, aux images éphémères et éclatées. Son rictus disparaît, il inspire profondément, ferme les yeux - même ses chimères ne seront jamais plus belles qu'ici.

À l'avenir, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale - Warhol, 1968.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafabrique.forumactif.com
 
contexte → la fabrique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La publicité, une fabrique d'enfants obèses ?
» La fabrique de perles
» utiliser le vocabulaire adapté au contexte
» La Fabrique du Titanic [Titanic : The Mission sur Channel 4]
» [BRICO-FICHE] Je fabrique ma télécommande pour mon GF1...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ la fabrique :: la nuit je mens :: prologue-
Sauter vers: