AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
forum fermé mais toujours ouvert pour ceux qui veulent lire.
merci pour cette aventure, merci pour vous, merci pour votre imaginaire et pour tout ce que vous nous avez donné. I love you

Partagez | 
 

 running through my veins (louie)

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

triple elvis
rumeurs : 31
venue : 11/08/2018
faceclaim + crédit(s) : lalisa + kane + solosands
autre(s) compte(s) : //
dollars : 312
réputation :
5 / 1005 / 100


métier : dealeuse de chair, vendeuse de rêve, poussière de fée au fond des poches, extase du bout de ses lèvres
habitation : le bronx depuis toujours, une chambre paumée sous les toits



MessageSujet: running through my veins (louie)   Dim 2 Sep - 21:53

Dis Louie reste un peu encore
Ça lui écrabouille la langue, lui brûle les lèvres, la supplique qui veut sortir alors qu’elle se bat de toutes ses forces. Louie Louie Louie dis tu m’aimes ? alors qu’elle le regarde encore, reste de poudre blanchâtre sur un coin du nez qu’elle essuie du bout de son nez. Louie tu me trouves belle ? est-ce que tu me trouve belle dis ? Sourire abimé, le rouge effacé qui déborde un peu de son visage, elle voudrait l’embrasser encore un peu. Mais elle se retient.
26 ans à apprendre la patience, éducation trop stricte d’une mère qui a gardé les deux pieds dans un pays qu’elle ne reverra jamais. Courbettes, genoux abimés, rigidité des muscles suscités. Alors ce soir là aussi elle fait comme toujours, plaque un sourire acidulé sur ses lèvres fatiguées mais ne dit rien.
Pourtant ça bouillonne dans sa poitrine
« T’es heureux ? » anodin, autre chose, elle se rapproche un peu plus pour lui faire face, la main qui glisse le long de sa joue, de son cou. Chaque sens est décuplé, l’effet qui s’estompe peu à peu, mais c’est déjà pas mal. Déjà mieux que rien, mieux que le vide, l’absence de tout. C’est mieux même si ce n’est qu’une mascarade, une putain d’illusion, un foutu mensonge qu’ils entretiennent. Pourtant ce soir Louie ne semble pas vouloir la faire durer si longtemps l’illusion, il brise le tout, si fragile, éphémère, en bougeant un peu trop. Il bouge et Fran sens ses barrières se fissurer, la bouche qui se tord dans une grimace pas très jolie, tant pis, il regarde pas. Il la regarde jamais. Ou pas comme elle voudrait. « Tu pars ? » question stupide, il est déjà tard. « Reste un peu Louie » alors qu’elle finit par rompre la distance, un peu comme lorsque le lierre s’enroule, c’est ses bras autour de son torse, le serrer contre elle, poser sa joue contre son dos, écouter son cœur battre.
Imaginer qu’il ne bat que pour elle
Rapidement elle s’éloigne, n’abuse pas trop, ne pas devenir cette personne trop collante dont on finit par se lasser, celle qu’on regarde avec fatigue, avec ennui. Non. Elle est plus intelligente que ça Frances, maman lui a bien apprit. Papa aussi, quand il était là, avant que ça finisse en bouillie quelque part en Asie. « Tu veux pas autre chose ? » de la poudre elle en a encore, tout un stock, il le sait. Puis y a elle aussi, la chaleur qu’elle peut lui donner. Il peut tout demander, surement qu’elle acceptera, pour quelques instants volés, un peu plus avec lui, tous les deux en tête à tête dans son appart miteux perdu sous les toits.


_________________
mon amour dans

ma bouche-agonie
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/Shaoren/collections/148907988-fran-60-s

avatar

campbell's soup cans
rumeurs : 403
venue : 10/06/2018
faceclaim + crédit(s) : aaron paul + oim
autre(s) compte(s) : kurt apreleva
dollars : 1182
réputation :
38 / 10038 / 100


métier : artiste à ses heures perdues, âme égarée éduquant ses démons par quelques coups de pinceaux sur une toile.
habitation : nyc, le bronx.


rp en cours | beldam, arthur, frances, mae.

rp terminés | mae.





MessageSujet: Re: running through my veins (louie)   Mer 5 Sep - 22:04

running through my veins.
tic, tac, tic, tac.
Les aiguilles claquent, adoptent un rythme toujours plus régulier. Ça résonne dans sa tête, le moindre son, discret, assourdissant. Ça fait comme un écho, tic tac tic tac, ça prends toute la place, ça prends toute son attention. Les yeux rivés sur le mur d'en face sans même le regarder, y'a Louie qui plane, l'âme qui vogue ailleurs, la redescente qui se fait toujours plus cruelle, toujours plus rapide, quand les habitudes prennent le dessus. tic, tac, tic, tac. Y'a les pensées qui se bousculent, toujours plus, brouhaha sordide qui ronge les neurones, incompréhension qui s'accroche, s'arrache, revient. Y'a Louie qui revient d'entre les morts, qui un jour restera là bas. Y'a cette impression que la tête va exploser, les tripes qui donnent envie de gerber. Ca tourne encore, comme le temps qui tourne, comme la roue qui tournera pour ceux qui ont jamais vu la lumière. T'es heureux ? Tout se dissipe, tout redevient net, tout retombe soudainement. tic tac qui ne devient qu'un bruit de fond, Frances qui détruit tout ce que son esprit mal en point avait crée.

- Oui.


Toujours plus simple de mentir, de se mentir à soi-même. Toujours plus simple que de se prendre la réalité en pleine gueule. Le sourire au coin des lèvres, pour se persuader, pour rendre la réponse plus crédible, pour y croire, jouer le jeu jusqu'au bout, au point d'en devenir le pantin. Reste un peu Louie. Y'a Frances et ses bras autour de lui, Frances et ses questions en trop, quand lui aimerait simplement que le parlé soit charnel. Y'a Louie qui comprends pas vraiment, entre les trois mots de la veille, les caresses d'aujourd'hui, ce qui se passe dans sa tête à elle quand il y a épiderme contre épiderme. Le palpitant qui crève, rate des foulées, l'air qui affaisse, écrase, fracasse sa cage thoracique. Bouffées de chaleurs face à suées froides, murs qui se rapprochent, comme pour le piétiner. Le réveil qui se fait de plus en plus angoissant quand la poudre s'efface, quand les douleurs reviennent, la dernière dose brune disparaissant peu à peu de ses veines. Tu veux pas autre chose ? Y'a Frances et ses beaux yeux qui le supplieraient presque. Frances et ses potions magiques, ses remèdes contre les maux.

- Je sais pas si c'est une bonne idée.


Il se tourne vers elle, le regard noyé dans le sien. Y'a son corps qui s'approche, y'a ce lien invisible qui les possède, y'a ses lèvres qui se posent sur les siennes, pour quelques secondes seulement, pour profiter des derniers moments. Ça veut rien dire, pas un je t'aime derrière, juste une envie folle, une idée à oublier, le genre qui les enfoncera au fond du ravin.

- J'dois rentrer.
Qu'il souffle entre deux baisers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
running through my veins (louie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Free running
» [JEU] I MUST RUN : Le must du jeu d'action running [Payant]
» Running Deer
» [JEU] SERIOUS SAM - KAMIKAZE ATTACK : Running game dans l'univers de Sam [Payant]
» [JEU] YOO NINJA : Action running game [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ la fabrique :: new-york city :: bronx-
Sauter vers: