AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
forum fermé mais toujours ouvert pour ceux qui veulent lire.
merci pour cette aventure, merci pour vous, merci pour votre imaginaire et pour tout ce que vous nous avez donné. I love you

Partagez | 
 

 damaris goddrie → donna flores

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

dr. pepper
rumeurs : 154
venue : 30/05/2018
faceclaim + crédit(s) : abrielle stedman -- tweek ✩
autre(s) compte(s) : matsuda
dollars : 852
réputation :
25 / 10025 / 100


métier : poétesse
habitation : brooklyn



MessageSujet: damaris goddrie → donna flores   Mer 15 Aoû - 17:43



donna flores


nom → flores - le flores inscrit en petites lettres sur la devanture de boutique, menuisiers artistes, sculpteurs de bois de génération en génération. prénom → donna - madame dans un italien qu'ils n'ont jamais parlé, madame forte d'elle-même, lui va comme un gant. âge → vingt-six ans tout juste - fêtés en grandes pompes à coups de feux d'artifice artisanaux et de chansons massacrées. date et lieu de naissance → quatre juillet 1938 à cheyenne dans le wyoming, élevée entre la forêt et la montagne.   métier → réalisatrice, productrice - majoritairement de courts métrages érotiques auxquels viennent se coller des symboliques anti-sociétales, plus anciennement de quelques clips vidéos pour des groupes engagés, travaille sur un long-métrage explosif. situation maritale→ célibataire - croit autant au mariage qu'aux miracles, indépendante et difficile à vivre. orientation sexuelle → queer terriblement assumée - lui a valu un séjour en clinique dont elle n'est ressortie que bien plus coriace. elle porte l'amour, le sexe en étendard. traits de caractère → indépendante, libertaire, contestataire, criarde, excentrique, arrogante, éclectique, lunatique. popularité → soixante - new-york tend l'oreille quand on murmure donna flores, visage derrière des cassettes qui ont fait rougir mais se sont vendues en un clin d'oeil. on lui accorde un regard critique sur la société, on lui accorde un génie artistique - un brin de folie aussi, d'esprit pervers et corrosif. groupe → dix minutes. avatar → damaris goddrie.



histoire

donna c'est la cadette d'une tripotée de gamins - tous des garçons. une grande maison dans un coin de cheyenne, bordée par la forêt qu'elle connait comme sa poche. une petite vie simple - des bagarres avec ses frères et puis des heures à observer et écouter leur père leur transmettre son art. à treize ans donna travaillait déjà dans le petit atelier, mettait debout ses premières sculptures sur bois - des marmottes et des pendentifs. mais ce qui la fascine plus encore, ce sont les cassettes qu'ils regardent en famille chaque samedi soir - elle pose un tas de questions, finit même par chercher des livres.

y a eu un soir où la vie simple s'est compliquée - son père l'a prise les lèvres collées à celles d'une autre fille. elle a dix-sept ans donna quand sa mère pleure de la savoir déviante comme ils disent et de la laisser là, dans une clinique du wyoming. elle y passe huit mois entre thérapie d'aversion et médicaments en boucle qui finiront par la rendre dépendante - perversion et dépression sont inscrits sur son dossier. elle se dompte pas donna, tient tête et tient corps, finira pas jouer les miraculées et par sortir, la tête plus dure que jamais et la rancoeur amère. si on lui demande, elle dira qu'elle a aucun regret, que la vie d'ici pendant huit mois a participé à sa construction artistique et spirituelle.

à sa sortie donna est accueillie par des parents soulagés - elle ne leur sourit pas et fait son sac, embrasse ses frères, met ses économies dans un van et décolle pour san francisco. elle passe trois ans dans la communauté hippie de haight-ashbury, y fait des rencontres qui la pousseront à réaliser son premier court métrage qui accompagnera une chanson d'un petit groupe de la communauté et frappe déjà fort pour son contenu psychédélique et érotique.

donna pose bagages à new-york à ses vingt ans, forte de sa réussite montante et y développe son art qui s'alimente notamment de scandales homosexuels, d'histoires d'adultère, de ménage à trois ou encore de drogues, de guerre, de violences policières, de racisme et de sur-consommation.

elle rencontre alma à son arrivée à new-york, venue alors écouter une lecture anonyme de son deuxième poème dans un salon littéraire de greenwich village à laquelle alma est présente.


déambuler

alma ruiz → alma et donna s'amourachent, s'accrochent et repartent - d'abord muses puis amantes. ça fait six ans et six ans c'est assez long pour que n'importe quel souvenir reste. c'était rien de sérieux au début - un test pour alma, du bon temps pour donna et elles étaient reparties le soir d'après à rire autour d'un verre avec les autres. mais y a toujours un regard qui s'accroche à l'autre, un sourire qui échappe ou une main qui glisse. elle est revenue alma et donna mentirait si elle disait qu'elle ne s'y attendait pas - donna contrôle tout, donna sait tout. puis un mariage et alma s'efface un peu et donna ne cherche pas à la récupérer - c'est trois ans qui passent et les chemins qui se croisent, alma qui se persuade que c'est juste le hasard. se retrouvent encore autour d'une même table, assises à un même bar. la boucle reprend et l'époux apprend, se scandalise - divorce. donna elle a un petit rictus de fierté, un petit rictus mauvais - elle dit maintenant je t'ai rien que pour moi. deux ans depuis et ça continue, ça devient brouillé, emmêlé, on nomme rien et donna est toujours entre ses draps mais le coeur comme hors d'atteinte.

pierrot rose → pierrot n'est pas comme tout le monde - pierrot s'arme de silence et de douceur. la première fois il est dehors, sur un bout de trottoir, fait marcher son petit théâtre de bois et donna s'arrête - donna reste, écoute, regarde. et quand les autres partent elle applaudit, le rejoint. elle lui parle - de son travail, du bois, de cette façon qu'il a de donner de si beaux visages à ses marionnettes. elle aussi elle travaille le bois - travaillait. elle l'invite - plusieurs fois. il accepte à chaque fois pierrot, avec ses yeux timides et son nom français. elle l'effraie sûrement - n'en n'a pas grand-chose à faire. c'est donna qui lui présente la fabrique, donna qui garde un oeil tendre sur lui - oh pierrot, on est tous des lunatiques ici, t'y trouveras ta place.  

adam ackerman → adam elle en a eu vent - photographe érotique montant, jamais présent plus d'une journée à ses propres expositions. adam c'était comme un chemin croisé, une même inspiration, une même volonté, une sorte de petite révélation dans leur univers de chaire. ils ont collaboré, ont toujours adoré le résultat final, ont passé des heures à parler, étaler leur vision de l'érotisme, du sexe, du genre. donna elle le tient en estime adam - tellement qu'elle l'appelle souvent pour travailler avec elle. récemment ça a été une collaboration à trois - adam, donna et alma. elle pense aussi à faire équipe avec le jeune photographe pour son premier long métrage attendu au tournant par le public et les critiques.



Dernière édition par Alma Ruiz le Ven 24 Aoû - 13:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

dr. pepper
rumeurs : 154
venue : 30/05/2018
faceclaim + crédit(s) : abrielle stedman -- tweek ✩
autre(s) compte(s) : matsuda
dollars : 852
réputation :
25 / 10025 / 100


métier : poétesse
habitation : brooklyn



MessageSujet: Re: damaris goddrie → donna flores   Mer 15 Aoû - 17:44



les bavardages

négocier → déjà un petit merci d'avoir lu jusqu'ici, donna est relativement importante pour alma - et surtout c'est une tête de lion, une vraie.  :perv:

concernant l'avatar, quitte à sonner un peu vieux-jeu, il n'est pas négociable. je sais que ça peut être rédhibitoire mais je vois vraiment que damaris pour donna (elle respire le liberté et le je m'en foutisme jusque dans ses sourires cette meuf).
pour le prénom, j'affectionne beaucoup donna pour sa signification mais si vraiment il ne plaît pas, on peut bien sûr le changer - là-dessus aucun problème, donna n'est pas directement citée où que ce soit. c'est pareil pour le nom de famille, il faut juste qu'il sonne hispanophone, donna venant d'une famille aux origines colombiennes.
niveau histoire, j'ai essayé d'être précise sans trop l'être ? tout est en soi négociable - suffit juste de respecter le fait qu'elle ait eu une enfance heureuse et simple dans la campagne, entourée de frères qui en ont la tête de pioche qu'elle est, vite fascinée par le cinéma et emmenée en clinique parce qu'elle a eu une ration homosexuelle et que de là d'où elle vient, c'est deux fois plus fermé d'esprit que new-york déjà assez fermée comme ça - puis sa vie à san francisco. j'ai opté pour une famille qui possède un commerce de sculpture sur bois juste parce que je trouvais ça doux, donc c'est tout à fait libre aussi si jamais tu préfères autre chose.  I love you
pour le lien, j'ai fait ça un peu freestyle et laissé flou pour qu'on puisse en discuter, mais alma et donna se connaisse depuis un certain temps, sont passées d'amies à muses à amantes et se mêlent et se démêlent sans arrêt, ne savent pas vraiment où elles en sont et donna n'a pas forcément envie de le savoir ayant une vie amoureuse/sexuelle plutôt sans limites. elles peuvent aussi bien se raccommoder comme se foutre en pièces.  :perv:
et finalement concernant tout ce qui touche au rp, j'ai pas vraiment d'exigence concernant la présence - je suis relativement lente en moyenne, à moins d'être furieusement motivée et inspirée, donc tant que je finis par avoir une réponse, pour moi y a pas de souci ! évidemment un orthographe correct et puis viens comme tu es, majuscules, minuscules, je ou tu franchement, tant qu'on s'inspire mutuellement rien à dire.  Embarassed

sur ce j'te promets peut-être un je t'aime si tu craques
et j'te laisse sur un argument de taille sur le pourquoi du comment damaris

parce qu'elle est bonne:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
damaris goddrie → donna flores
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Donna Leon : Commissaire Brunetti
» [Leon, Donna] Le cantique des innocents
» John Steinbeck ou Donna Leon?
» Donna LEON - Dissimulation de preuves
» Donna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ la fabrique :: folie des grandeurs :: en vogue :: scénarios-
Sauter vers: