AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
forum fermé mais toujours ouvert pour ceux qui veulent lire.
merci pour cette aventure, merci pour vous, merci pour votre imaginaire et pour tout ce que vous nous avez donné. I love you

Partagez | 
 

 guerrière ordinaire → wanda et adel

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

varoom !
rumeurs : 122
venue : 18/07/2018
faceclaim + crédit(s) : waititi + abandon.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas et adam ackerman. ♡
dollars : 523
réputation :
90 / 10090 / 100


métier : réalisateur et animateur de cartoons, créateur de hapi - homophone de happy - un chacal aux mésaventures reconnues comme interdites.
habitation : largué en plein bronx.

et si je partais, ça ne changerait rien,
et si je restais, ça ne changerait rien,
et si tu me regardais, ça ne changerait rien,
et si tu voulais juste rester assis là, ça ne changerait rien.





MessageSujet: guerrière ordinaire → wanda et adel   Mar 24 Juil - 16:18


guerrière ordinaire
coeur qui palpite, pensées qui s'agitent et enfin la voiture qui s'arrête, qui cesse de lui donner le tournis à force de regarder les lumières se suivre et se sauter à la gorge. enfin une image fixe, une image nette, une image claire qui ne laisse dans son horizon que des habitations. ni une ni deux, il paie le taxi, attend que son frère sorte, redécouvre encore les joies d'une existence à peu près simple dans un décor autre qu'une sordide prison. sourire au bord des lèvres, il remet en place convenablement son veston - à sa main il garde une veste légère, qu'il pense avoir amenée inutilement puisque le soleil bien qu'éteint, a laissé derrière lui des vagues de chaleur parfois étouffantes. devant lui un immeuble, devant lui une ambiance rapidement apaisante - puisqu'il sait chez qui il va toquer, puisqu'il sait comment il va se faire accueillir, et qu'il sait surtout qu'elle ne saurait les rejeter. wanda qui teintées de pastel laisse sur son passage quelques ravages - il se souvient encore du journal, de ses phrases bien tournées, de ses cinglantes accusations envers la société et l'armée. rien qu'à y songer, tarek continue de sourire bêtement, bien qu'un poil angoissé par la rencontre qui va faire lieu - qui ferait plus office d'une collision. parler de miss bates à adel n'était pas suffisant, il fallait qu'un jour discussion se fasse, que rires s'échangent et que débats se posent sur la table - alliant à tout ceci une proposition qu'il lui tarde de lui faire. il la veut dans un de leurs cartoons, il veut sa voix aussi - il veut la dégaine et le timbre, tout de wanda qui sera sublimé par le biais de dessins jugés comme enfantins. un seul étage suffit avant qu'ils n'arrivent devant le bon numéro. il toque, il attend, patient - puis hausse les sourcils en la voyant à la lumière fausse des ampoules.
- bonsoir wanda, j'espère que nous ne sommes pas en retard. simple banalité qui étire sa parole autant qu'un bout de ficelle qui part du début du pull. il reste un peu silencieux, tarek, conscient que se joue ce qui pourrait être une collaboration - une bonne ou une mauvaise chose, le courant devrait passer, puisqu'adel n'a jamais été de ceux qui râlent à n'en plus avoir de cordes vocales.
- j'imagine qu'il n'est pas utile de faire les présentations. mais je vais quand même les faire. wanda, mon frère, adel. adel, wanda, grande justicière de son temps. sans moquerie ni extrapolation - c'est seulement ce qui lui convient le mieux, puisque de sa plume elle fait tomber les lames.
- tu es superbe.

_________________

alors on ne fait que se séparer
perpétuellement,
alors être ensemble devient
une séparation infinie.


Dernière édition par Tarek Essam le Mar 28 Aoû - 10:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/147801872-tarek

avatar

dr. pepper
rumeurs : 183
venue : 30/05/2018
faceclaim + crédit(s) : HEPBURN // METRONOMY
dollars : 578
réputation :
90 / 10090 / 100


métier : elle écrit des histoires sans fin qui se transforme en livre et en chronique dans le ny times
habitation : greenwich village - thanks to mom & book sales.

on se veut
on s'enlace
on se lasse
on s'en veut

je t'enlacerai
tu t'en lasseras
(louise de vilmorin)


rps en cours
alberto -- beldam -- adam -- les frères essam -- paul -- jolene


MessageSujet: Re: guerrière ordinaire → wanda et adel   Mar 24 Juil - 23:13

ça toque à la porte,
ça toque à la porte,
ça toque à la porte.


j’arrive’ crie-t-elle à travers l’appartement. elle accroche une dernière épingle dans son chignon. elle marche d’un pas rapide vers la porte d’entrée pour aller ouvrir. wanda était aussi impatiente qu’un enfant qui attend noël, elle avait attendu toute la journée. en réalité, elle attendait ce dîner depuis plus d’une semaine, depuis que tarek avait accepté sa proposition. dîner avec tarek n’avait plus rien de nouveau, ce n’était pas rare de voir wanda partager un repas avec lui, surtout ces derniers temps. ce qui relevait de l’exceptionnel, c’est le nouvel invité qui se joignait à eux. l’autre moitié des frères essam. wanda allait rencontrer adel.

wanda est une fan de la première heure, les frères essam, elle les adore. ce qui la fascine wanda c’est la double lecture dans leurs cartoons. elle adore déchiffrer ce qui est dit sans que l’on ait l’impression qu’ils le disent. wanda, elle aime quand on la stimule intellectuellement.

la porte s’ouvre et laisse appraître une wanda vêtue d’une robe noire, épaule dénudée qui souligne sa taille de guêpe, d’un sourire qui illumine son visage et ses yeux qui brillent. ‘tarek !’ lance-t-elle d’une voix joyeuse, heureuse. ‘comment vas-tu ?’ elle lui dépose une bise sur la joue. ‘en retard ? mais non, vous êtes pile à l’heure’ et elle voit apparaître adel. elle l’observe avec ses grands yeux. elle lui tend sa main, ‘enchantée adel, bienvenue’ elle se tient correctement wanda, en réalité, elle aurait pu lui sauter dans les bras. parce qu’elle était heureuse, elle était heureuse de le voir dehors, de le voir libre. ‘justicière, c’est un terme un peu exagéré tout de même uniquement wanda cela sera amplement suffisant’ et tarek qui la complimente. elle répond d’un signe de tête. wanda ça la gêne un peu les compliments, elle ne sait jamais comment elle doit réagir. elle se dégage de l’entrée et les invite à entrer. ‘voyons ne restez pas dehors...

wanda les fait alors pénétrer dans son appartement dont elle était propriétaire. cela faisait deux ans qu’elle vivait ici et elle avait eu le temps d’apporter sa touche. de vieux objets déposaient par-ci par-là, des tableaux de peintres plus ou moins coté, des fleurs et des plantes disposait au sol ou dans des vases et une odeur de verveine. ‘je vais vous débarrasser’ wanda se saisit de la veste légère de tarek et des affaires d’adel qu’elle emporte rapidement dans le placard situé dans le couloir ‘faite comme chez vous, les garçons’ elle revenait dans le salon d’un pas rapide. ‘qu’est-ce que je vous sers ?’ demande-t-elle d’un regard interrogatif. elle avait pas mal de choses dans sa cuisine, il y en avait pour tous les goûts à vrai dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pin.it/i7r23liwi4ievg

avatar

varoom !
rumeurs : 48
venue : 18/07/2018
faceclaim + crédit(s) : riz ahmed + hoodwink
autre(s) compte(s) : freddy nollekens & arthur vargas
dollars : 317
réputation :
94 / 10094 / 100


métier : dessinateur animateur, à la tête de la Essam's Brothers Compagny. Spécialisé dans le cartoon transgressif.
habitation : /


RP EN COURS :
TAREK | JOLENE | WANDA & TAREK | ERWIN


MessageSujet: Re: guerrière ordinaire → wanda et adel   Sam 4 Aoû - 19:34




roman jails → Dans la voiture, il ne pense ni à miss Bates qu'il va rencontrer, ni à Tarek à ses côtés. Il ne pense pas à l'avenir, au moment présent, ou encore à ce qui a pu arriver.
Il regarde simplement New-York, et il profite des lueurs de la nuit, comme si la prison l'avait rendu mélancolique.
Il n'en est rien, il profite, tant qu'il est encore dehors. Probablement qu'il retournera en prison un jour, probablement qu'il prendra toujours tout sur son dos, pour ne jamais laisser Tarek vivre cela.
Il profite de cette ville, qui ce soir, leur tend les bras, et eux, vont pourtant s'enfermer dans l'appartement d'une dame. Ni un membre de la famille, ni une épouse, une amie sans doute, mais pas la sienne. Cependant, il est vrai, il a hâte de la connaitre.
Doucement, la voiture s'arrête. En sortant du véhicule, en entrant dans l'ascenseur, les deux frères échangent quelques mots, des banalités. Tarek n'a rien de particulier à préconiser concernant sa rencontre avec Wanda. Elle ne fait pas partie de ces divas qui ont besoin d'une centaine de roses en offrande et qui parlent d'elles à la troisième personne.
Puis ils descendent de l'ascenseur, arrivent devant une porte, frappent, et elle s'ouvre.
Dévoilant une magnifique jeune femme, derrière la porte.

Wanda Bates est une écrivaine de renom, avec de nombreux prix à son actif, et surtout une philanthropie qui semble à toute épreuve, exercée dans le New-York Times. Une chroniqueuse du Times qui vient à leur rencontre, cela lui semble incongru, surréaliste : leur renommée ne semble parfois pas véridique, simplement un événement arrivé en pensée.
Et puis, Wanda Bates est également connu pour sa beauté.

Adel est frappé, comme par la foudre.
Elle est magnifique, elle lui donne instantanément le sourire. Sa voix est tout aussi dynamique que sa main sur la poignée de porte ; détail qui n'est pas anodin, elle agrippe fermement, elle la tire vers elle, sans la lâcher, pour les laisser entrer. Il porte son attention sur sa taille très fine, il imagine une silhouette, jette un coup d'oeil à Tarek, après que les présentations aient été faites. Oui, elle est parfaite pour un personnage. Il se tourne vers elle.
"Enchanté également Wanda, c'est un plaisir de faire enfin votre connaissance." Il ne peut pas s'empêcher, attrape sa main, la porte délicatement à sa bouche pour lui glisser un baise-main. Retro, ringard, romantique, il s'en fiche, il la regarde avec un sourire.
Puis il lui laisse son chapeau, pas sa veste, puis il entre finalement dans le salon. Il jette un coup d'oeil à la décoration. Tandis qu'elle disparaît dans le couloir, il lance :
" Pour moi un whiskey serait parfait."
Pour il s'adapte à son environnement, observe le salon. Il glisse en arabe, à l'intention de son frère, sourire à l'appuis. : " Montre moi ton appart, je te dirais qui tu es..." Et ce qu'elle est, c'est quelqu'un de définitivement organisé, avec un goût certain pour l'art. Quelques peintures d'artistes contemporains côtés, à proiori aucun grand maître des siècles passés. Il regarde autour de lui et ajoute, assez bas pour qu'elle n'entend pas (il n'y a rien de plus impoli que deux personnes parlants une langue que vous ne comprenez pas) " C'est pour ça que tu as insisté pour qu'on aille chez elle ?" Pour mieux la cerner ? Elle revient, et il demande, doucement, en la regardant droit dans les yeux :
" Votre appartement est somptueux, depuis quand vivez-vous ici ?"

_________________

strategium → sur le béton j'apprends à rêver. plus jamais qu'on stoppe pour aviser, le corps en arrière pour ne plus saigner, l'sol à l'envers, ma tête enfumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

varoom !
rumeurs : 122
venue : 18/07/2018
faceclaim + crédit(s) : waititi + abandon.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas et adam ackerman. ♡
dollars : 523
réputation :
90 / 10090 / 100


métier : réalisateur et animateur de cartoons, créateur de hapi - homophone de happy - un chacal aux mésaventures reconnues comme interdites.
habitation : largué en plein bronx.

et si je partais, ça ne changerait rien,
et si je restais, ça ne changerait rien,
et si tu me regardais, ça ne changerait rien,
et si tu voulais juste rester assis là, ça ne changerait rien.





MessageSujet: Re: guerrière ordinaire → wanda et adel   Lun 6 Aoû - 19:24


guerrière ordinaire
quand bien même se doute-t-il qu'il ne faut jamais mettre toute une catégorie dans le même panier, il ne peut s'empêcher de croire que les femmes ont ce don, cette faculté de savoir accueillir. en regardant wanda avec plus d'attention, ainsi que son intérieur, tout lui saute aux yeux, à l'esprit, tout resplendit. il sourit de toute sa bouche - sans montrer les dents, jamais, sauf hilare, il se veut de ceux qui ne savent être trop expressifs quand le moment le permet. débarrassé de ses affaires en trop, il écoute son frère avec une oreille bien tendu - fier de l'effet que bates peut avoir, puisque ô combien celle-ci fut d'une aide précieuse. véritable guerrière à dos d'un cheval, brandissant son épée de quoi pourfendre les bêtises de cette année si glorieuse, il ne doute pas que des décennies plus tard son prénom fera encore frémir quelques arrogants. sa main se glisse lentement dans sa nuque qu'il masse un peu alors que ses iris se perdent encore sur les murs - puisqu'à chaque fois, il redécouvre les lieux avec un plaisir qu'il ne saurait dissimuler.
- du scotch pour moi. auquel cas je prendrais ce que tu souhaites, tu n'as plus qu'à me surprendre wanda.
amusé par l'arabe qui résonne peu à peu dans ses tympans, il passe quelques doigts sur l'épaule de son frère, marmonne de la même manière.
- autant t'en mettre plein la vue, c'est un sacré bout de femme qui en plus d'avoir du goût, a un répondant absolument exquis. glissant une tape absolument sans raison sur son omoplate - sans pour autant qu'elle soit trop brutale - il se met à faire quelques pas, connaît d'ores et déjà la route à prendre. le salon à la fois salle à manger dégage une ambiance plus qu'appréciable - délicate, fleurie et apaisante qui déjà dépose sur le coeur de l'animateur, une fine couche de calme. n'ayant rien à rajouter, il regarde seulement du coin de l'oeil la collision se faire - fier d'enfin pouvoir réunir dans la même pièce deux révolutionnaires hors pair.

_________________

alors on ne fait que se séparer
perpétuellement,
alors être ensemble devient
une séparation infinie.


Dernière édition par Tarek Essam le Mar 28 Aoû - 10:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/147801872-tarek

avatar

dr. pepper
rumeurs : 183
venue : 30/05/2018
faceclaim + crédit(s) : HEPBURN // METRONOMY
dollars : 578
réputation :
90 / 10090 / 100


métier : elle écrit des histoires sans fin qui se transforme en livre et en chronique dans le ny times
habitation : greenwich village - thanks to mom & book sales.

on se veut
on s'enlace
on se lasse
on s'en veut

je t'enlacerai
tu t'en lasseras
(louise de vilmorin)


rps en cours
alberto -- beldam -- adam -- les frères essam -- paul -- jolene


MessageSujet: Re: guerrière ordinaire → wanda et adel   Jeu 9 Aoû - 14:10

adel qui sourit, adel qui est joli.
ils ont un truc avec le sourire, les frères essam.
 
elle s’affaire dans la cuisine. on entend le bruit des bouteilles qui s’ouvrent et se referment aussi vite. on l’entend faire cogner les verres les uns contre les autres. un whiskey pour adel et un scotch pour tarek. ils savaient ce qu’ils voulaient. wanda ne buvait pas de scotch mais depuis quelques temps, elle avait toujours une bouteille dans ses placards, juste pour tarek. elle ne lui avait pas dit qu’elle lui avait acheté du scotch juste pour ses papilles. elle était allée se renseigner dans une boutique spécialisée. wanda quand elle vous adore, elle ne le fait pas à moitié. elle arrive au niveau des garçons, un verre dans chaque main qu’elle tend à tour de rôle, d’abord à adel ‘je n’ai plus que du bourbon, est-ce que cela peut te convenir ? sans quoi, je te sers autre chose’ puis à tarek ‘je l’ai acheté la semaine dernière, tu me diras ce que tu en penses’ comme un tourbillon que l’on ne voit ni aller ni venir, elle avait fait un aller-retour dans la cuisine pour revenir avec une coupe de champagne.
wanda la bourgeoise.

et adel qui la regarde droit dans les yeux et wanda qui fait de même. il a les yeux plus foncés que son frère. la fascination que portait wanda aux yeux remontée probablement à l’enfance. elle était due à l’incapacité de tous – y compris elle-même à déterminer la couleur de ses yeux. tantôt vert, tantôt marron et quand le doute était complet, sa mère avait tendance à dire qu’ils étaient gris. alors, quand il lui dit que son appartement est somptueux, elle sourit encore. ‘oh! merci beaucoup adel, je suis ravie qu’il te plaise.’ elle pose délicatement sa main libre sur son avant-bras ‘tutoyons-nous, s’il te plait’ d’un geste rapide, elle leur indiquait de prendre place sur le canapé. ‘donc oui… combien de temps je vis ici ?.... et bien ça va faire deux non trois ans maintenant… attends que je réfléchisse… oui je suis arrivée début 64 donc... un peu plus de deux ans’ déjà. ‘je suis de californie’ elle taira sans l’ombre d’un doute son adolescence à washington dc, temple politique d’un pays qui aurait besoin d’un profond changement. ‘enfin, assez parler de moi… trinquons’ elle lève son verre ‘à vous, les garçons et surtout à ta libération adel ! je suis vraiment ravie de vous accueillir ici’ et le bruit des verres qui s’entrechoquent de bon cœur.

ce dont il n’avait pas réellement conscience, les frères essam, c’est que wanda le pense vraiment quand elle dit qu’elle est ravie de les accueillir parce que wanda n’invite que très peu de personne à venir chez elle. elle n’invite que ses amis. elle n’organise pas de grande fête parce qu’elle tient trop à l’ordre qui règne dans son appartement et immanquablement, les grandes fêtes qui lui font tourner la tête. il est alors plus confortable de garder un espace privé vers lequel se réfugier, en cas de tempête ou de tristesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pin.it/i7r23liwi4ievg

avatar

varoom !
rumeurs : 48
venue : 18/07/2018
faceclaim + crédit(s) : riz ahmed + hoodwink
autre(s) compte(s) : freddy nollekens & arthur vargas
dollars : 317
réputation :
94 / 10094 / 100


métier : dessinateur animateur, à la tête de la Essam's Brothers Compagny. Spécialisé dans le cartoon transgressif.
habitation : /


RP EN COURS :
TAREK | JOLENE | WANDA & TAREK | ERWIN


MessageSujet: Re: guerrière ordinaire → wanda et adel   Jeu 16 Aoû - 0:20




roman jails → La déco le met à l'aise, l'apaise. Peut-être qu'il est un peu comme un animal en fait, un animal sauvage qui ne s'est jamais fait à la vie en ville, qui était créé pour vivre dans la nature, sans quatre murs autour de lui. Peut-être que la prison a fait ressortir des instincts étranges de grands airs. Qu'il respire mal à New-York, dans la capitale des horizons bouchés.
Chez Wanda il n'a pas peur des quatre murs, c'est peut-être parce qu'elle est douce, c'est peu-être parce que son frère est juste là. Elle revient, avec un verre. Il la remercie d'un signe de tête, d'un sourire, d'un regard. Elle est tout à fait agréable à regarder, il pourrait sans doute la contempler toute la soirée, mais il aurait peur de la mettre mal à l'aise. Elle explique depuis combien de temps elle vit ici, qu'elle vient en réalité de californie. Adel sourit. Il y a travaillé quelques temps, pour Disney évidemment, même si son coeur restait toujours à New-York. Il répond, doucement :
" Tarek et moi, quand on travaillait pour Disney, on faisait beaucoup d'aller retour entre New-York et Los Angeles... La région te manque parfois ?" Lui oui, le soleil, l'été perpétuel, et Hollywood. Mais l'art de New-York aura toujours son coeur.
Il écoute son toast, en souriant, et trinque à son tour.
" Je trinque aussi à ton article qui a considérablement aidé l'opinion publique à se retourner en ma faveur." Mais ça, c'est encore une autre histoire. Il boit dans son verre, tout en la regardant, puis il lui demande doucement : " Mais j'aimerais savoir, comment Tarek t'a-t-il convaincue d'écrire pour me défendre ?"

_________________

strategium → sur le béton j'apprends à rêver. plus jamais qu'on stoppe pour aviser, le corps en arrière pour ne plus saigner, l'sol à l'envers, ma tête enfumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

varoom !
rumeurs : 122
venue : 18/07/2018
faceclaim + crédit(s) : waititi + abandon.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas et adam ackerman. ♡
dollars : 523
réputation :
90 / 10090 / 100


métier : réalisateur et animateur de cartoons, créateur de hapi - homophone de happy - un chacal aux mésaventures reconnues comme interdites.
habitation : largué en plein bronx.

et si je partais, ça ne changerait rien,
et si je restais, ça ne changerait rien,
et si tu me regardais, ça ne changerait rien,
et si tu voulais juste rester assis là, ça ne changerait rien.





MessageSujet: Re: guerrière ordinaire → wanda et adel   Sam 18 Aoû - 12:27


guerrière ordinaire
wanda s'anime en une danseuse de porcelaine, qui, coincée dans sa boîte essaie tant bien que mal d'en sortir. pourtant en rien ses mouvements ne sont tachés par ses désirs, par ses idéaux, ses grands monologues et ses petites discussions. le sourire jamais ne s'efface de son visage, puisqu'émerveillé à chaque fois, il ne saurait en faire autrement - et il le jure depuis un certain temps, semblable à un enfant, qu'il ne pleurera pas, ne pleurera plus entre ces lieux, pas devant elle, pas devant eux. inspiration profonde, la place se prend peu à peu sur le canapé, le verre entre les doigts sur lequel il pianote, en la remerciant bien sûr d'un petit geste de main et d'un regard qui n'a nul besoin d'être souligné par des mots. une première gorgée se fait alors que voix fusent, combattent un peu, se contorsionnent - tout revient à la normal. sans doute a-t-il oublié, tarek, l'effet qu'une bonne soirée pouvait avoir sur lui, soirée sans encombres, sans cadavres à dissimuler ou au contraire à montrer à la face du monde. sans besoin de réfléchir, sans besoin même de fléchir, il peu rester droit, se centrer sur d'autres inquiétudes que celles tournées vers son frère. il reprend sa place - place ennuyeuse, mais place tout de même. il rit soudain face à la question posée, il tapote un peu du pied au sol avant de se stopper, l'attention tournée vers l'hôte de la soirée.
- je n'ai pas eu à la convaincre. tu peux m'arrêter si je me trompe mais, je n'ai eu aucun mot à dire à ce sujet. puisque wanda, quand bien même peut-elle donner l'impression d'être une banale ménagère, n'en est rien. de toute beauté elle peut se méprendre à ces actrices qui crèvent l'écran, elle a derrière ce mascara, plus à offrir encore qu'une bouche qui se tend en recherche d'un baiser volé.
- je faisais déjà du bruit à ce moment-là. wanda en a encore rajouté, si bien que plus personne ne pouvait se boucher les oreilles, ils devaient tous savoir que le grand adel essam avait été injustement jeté derrière les barreaux. quand il prononce grand, il ne peut s'empêcher de mettre un coup de coude à son cadet - témoignant d'une complicité anodine, qui pourtant remet peu à peu en place leurs habitudes. se taper un peu dessus, s'ébouriffer la tignasse, se gueuler dans la face, tout ce qui a manqué ces derniers mois et qui doit être de nouveau appris par coeur.

_________________

alors on ne fait que se séparer
perpétuellement,
alors être ensemble devient
une séparation infinie.


Dernière édition par Tarek Essam le Mar 28 Aoû - 10:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/147801872-tarek

avatar

dr. pepper
rumeurs : 183
venue : 30/05/2018
faceclaim + crédit(s) : HEPBURN // METRONOMY
dollars : 578
réputation :
90 / 10090 / 100


métier : elle écrit des histoires sans fin qui se transforme en livre et en chronique dans le ny times
habitation : greenwich village - thanks to mom & book sales.

on se veut
on s'enlace
on se lasse
on s'en veut

je t'enlacerai
tu t'en lasseras
(louise de vilmorin)


rps en cours
alberto -- beldam -- adam -- les frères essam -- paul -- jolene


MessageSujet: Re: guerrière ordinaire → wanda et adel   Mar 28 Aoû - 0:08

california soul. elle observait abel, toujours un sourire aux lèvres et puis la californie, elle n’aime pas tant que ça en parler. ‘ah oui ? j’ai grandi non loin de los angeles’ elle vient de whittier, quasiment à vingt kilomètres de la cité des anges. elle boit une gorgée de son champagne. ‘ça me manque parfois… mais comme tout souvenir plaisant. il y a toujours une certaine nostalgie à se souvenir de chose que l’on a aimé et dont on sait pertinemment que cela n’appartient plus qu’au passé…’ un petit sourire en coin. ‘et vous, vous avez apprécié la région quand vous vous y rendiez ?’ wanda n’avait pas une grande affection pour los angeles, ce n’était pas une ville qu’elle trouvait particulièrement jolie en fait. elle y allait de temps avec sa mère et son père, pour se montrer. et puis elle avait quitté la californie pour aller vivre à washington, c’était soudainement moins fun. c’était peut-être la période qu’elle a le plus détesté quoique la suisse, c’était pas non plus le plus fun mais à choisir, elle préfére la suisse.

wanda rigole avec tarek et elle acquiesce quand il commence à répondre à son frère. elle les regarde se taquiner et elle les trouve beaux, rayonnants même. wanda ne connaît pas encore cette facette de tarek mais elle avait hâte de la découvrir. elle avait hâte de le voir heureux, moins soucieux. et ce qu’elle pouvait en apercevoir cela présager le meilleur. wanda avait deux sœurs et on ne pouvait pas dire qu’entre elles cela était très fraternel. c’est la dernière, celle que l’on traite comme une princesse. des sœurs jalouses, des relations compliquées en somme. une chose est certaine, c’est que wanda, elle n’aurait jamais la relation que tarek a avec abel avec ses propres sœurs. pour autant, cela n’est pas vraiment quelque chose qui la chagrine, qui la rend triste. non, wanda pense que c’est la vie qui est faite ainsi.

d’ailleurs, on ne s’était pas encore rencontrés au moment où j’ai publié.’ non, c’était grâce à cette article qu’elle avait pu rencontrer tarek. la première fois qu’elle l’avait rencontré, elle se souvient avoir été légèrement impressionnée, presque comme une enfant. ‘il faut savoir défendre ses idées surtout quand on pense qu’elles sont justes.’ et elle leur jette un petit regard complice. comprendrons ce qu’ils voudront. elle boit à nouveau une gorgée avant de poser son verre sur la table basse. elle se dirige vers son tourne disque. elle attrape un vinyle qu’elle ôte de sa pochette. ‘… et je dois avouer que j’avais suivi l’histoire de près… parce que j’adore vraiment votre travail.’ elle pose le disque, un album de jazz, dave brubeck. elle pose délicatement la cellule magnétique sur le disque et take five qui commence à résonner doucement dans tout le salon.

_________________


Dernière édition par Wanda Bates le Lun 3 Sep - 22:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pin.it/i7r23liwi4ievg

avatar

varoom !
rumeurs : 48
venue : 18/07/2018
faceclaim + crédit(s) : riz ahmed + hoodwink
autre(s) compte(s) : freddy nollekens & arthur vargas
dollars : 317
réputation :
94 / 10094 / 100


métier : dessinateur animateur, à la tête de la Essam's Brothers Compagny. Spécialisé dans le cartoon transgressif.
habitation : /


RP EN COURS :
TAREK | JOLENE | WANDA & TAREK | ERWIN


MessageSujet: Re: guerrière ordinaire → wanda et adel   Lun 3 Sep - 15:41




roman jails → Aucun mépris de classe, aucun méchanceté, aucun dédain de la belle écrivaine envers les deux réfugiés politiques, envers les deux égyptiens qui ont bien pris soin cacher leurs origines. Elle a bien compris comment leur parler, d'égal à égal.
L'une comme les autres s'aperçoivent bien que, sans doute, tout les prédestinaient à être des victimes du système : une jolie fille qui veut devenir écrivaine, et deux égyptiens qui veulent rivaliser avec Walt Disney, un rêve américain parfait pour trois marginaux. Ils sont passés outre leurs différences, ce qui les prédestinait à ne pas réussir, et ils ont réussi. Les voila tous les trois dans un somptueux appartement de Manhattan, habillés de belles étoffes et de sourires charmeurs.
Des sourires charmeurs, il a l'habitude d'en offrir. Elle parle de nostalgie, de belles phrases pour exprimer une belle époque. Elle est douée avec les mots, c'est son métier, alors rien d'étonnant à cela. Il lui sourit, comme toujours, beau-parleur, beau sourieur. C'est qu'il a pris l'habitude. Tout le monde est plus aimable avec vous si vous souriez, incroyable, mais vrai. Alors il sourit, se donne un air, se donne un genre, parce que c'est comme ça qu'il mettra tout l'univers dans sa poche.
Mais Wanda, il n'a pas besoin de l'avoir dans sa poche. Elle y est déjà, elle le dit elle même. Elle adore leur travail, elle adore leur cause. Naïvement, il demande :
" Vraiment ? Quel est votre cartoon préféré ? " Il est réellement intéressé, il se rapproche un peu, regarde autour de lui. Il le voit, dans un coin, affiché sur un mur, pas trop en évidence, le prix Pulitzer. Il déclare, doucement : " Je ne pensais pas qu'un jour je serais invité dans l'appartement d'un prix Pulitzer. Encore moins un féminin." Il lui sourit, et puis, se tournant vers elle, il demande : " C'est à dire que, je pense que vous appréciez notre cause parce que vous êtes comme nous : une minorité dans votre domaine. Je me trompe ?"

_________________

strategium → sur le béton j'apprends à rêver. plus jamais qu'on stoppe pour aviser, le corps en arrière pour ne plus saigner, l'sol à l'envers, ma tête enfumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: guerrière ordinaire → wanda et adel   

Revenir en haut Aller en bas
 
guerrière ordinaire → wanda et adel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tenue de guerrière
» Le combat ordinaire... en chanson par les fatals picards!
» Un ordinaire, pas tant que ça !
» [Venner, Fiammetta] Chronique de l' intégrisme ordinaire
» Une voiture peu ordinaire !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ la fabrique :: new-york city :: manhattan :: greenwich village-
Sauter vers: