AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
forum fermé mais toujours ouvert pour ceux qui veulent lire.
merci pour cette aventure, merci pour vous, merci pour votre imaginaire et pour tout ce que vous nous avez donné. I love you

Partagez | 
 

 pourtant il fait beau chez moi l wanda

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

campbell's soup cans
rumeurs : 398
venue : 29/05/2018
faceclaim + crédit(s) : donald glover + lux astern
autre(s) compte(s) : Caïn Morel
dollars : 1494
réputation :
60 / 10060 / 100


métier : peintre, plasticien
habitation : babybronx


it's not who you are that holds you back it's who you think you're not

ALICE l BERTO l LOUIE l COLE & ADAM


MessageSujet: pourtant il fait beau chez moi l wanda   Lun 16 Juil - 20:42



toujours autant de pluie chez moi

J'ai passé la nuit à
Ne pas dormir
Et c'est ne pas dormir qui rend le matin si délicieux
J'ai un secret que les personnes autour de moi sont rares à partager : j'ai vu le soleil se lever. Contrairement à eux j'ai vu sobre le soleil se lever et ça personne ne peut me l'enlever personne ne peut m'enlever cette supériorité-là. J'ai vu l'aube avec sa truffe mouillée émerger dans la ville vacillante peu sûre d'elle elle aussi ça lui manque les grasse mat' faut pas croire qu'à l'aube ça ne lui manque pas les grasses mat'.
Le marché aux puces c'est une mine; le problème c'est que c'est la mine de tous les artistes alors par pure contradiction d'abord puis parce que j'ai bien compris que ça m'amenait dans un ailleurs qui me plaît j'y achète n'importe quoi. Surtout pas du matériel à peinture à photos à quoi non des vieilles tapisseries d'un mauvais goût affirmé des clefs à molette rouillées des fringues que personne ne veut des radios cassées des vinyles rayés. J'ai été con dans un premier temps de faire ça juste pour sortir du lot comme un gros con pour pas faire comme les autres ridicule faire pour faire ridicule mais au bout d'un moment c'est devenu un geste sacré. C'est plus de le faire contre les autres qui m'intéresse c'est de le faire c'est tout. Ces objets accidentés de la route finissent chez moi ils y trainent des mois et ils finissent toujours par me parler par donner naissance à quelque chose. Je l'explique pas. Peut être que c'est parce que j'ai envie qu'ils donnent naissance à quelque chose que je sois pas juste un connard qui achète des merdes pour emmerder le monde qu'ils le font peut être mais au fond quelle importance. Du moment qu'ils le font.

Aujourd'hui la pêche est moyenne elle est moyenne c'est-à-dire je suis plus inspiré par le secret que j'ai d'avoir vu le soleil se lever que par les objets qui s'étalent à perte de vue autour de moi. Même les gens m'inspirent plus. Pas habituel. Tant mieux : je suis pas homme à enfin disons j'aime pas les coutumes les rituels les traditions. Tant mieux si ce matin le marché aux puces m'intéresse pas pour les mêmes raisons. Youpi. Je déambule tête en l'air mains dans les poches et je savoure la température qui monte subrepticement. Je longe une ruelle de stands qui sont bordés par un terre plein de fleurs. J'ai jamais vu autant de rhododendrons de ma vie, du moins je crois que c'est des rhododendrons, j'en sais rien, il est possible que ce soit juste le mot qui me plaise en lui même. Le marché est peuplé d'hurluberlus aux fringues tarabiscotées qui eux n'ont probablement pas vu le soleil se lever, pas sobres en tout cas. Tant pis pour eux : le soleil ne fait que m'appartenir un peu plus.
Café café café l'odeur m'interpelle à un croisement de ruelle je suis pas un religieux du café mais là l'odeur des grains c'est d'une chaleur délicieuse j'ai envie de cet arôme là dans mon corps je remue du bout des doigts les pièces qui se battent en groupe dans ma poche j'attrape le gobelet les mains en coupe autour et je communie comme on ne m'a jamais appris à le faire à l'église, avec une ferveur qu'aucune prière ne m'a jamais amené.
Ouais : c'est une super matinée. C'est rare que je sois heureux au sens aussi banal et terre à terre du terme comme ça. C'est rare que je m'en contente. J'ai marché du Bronx jusqu'à Brooklyn à pied et je suis content. HEU-REUX.

Pour ne rien gâcher à la chose je vois au loin se profiler de dos une silhouette très élégante de femme qui plus que m'attirer - arrêtons d'être des boeufs - m'intrigue. Je m'approche doucement jusqu'à être à portée de voix. Elle parle avec un vendeur. Elle marchande. J'adore les gens qui marchandent ceux qui le font bien ça devient un art pas juste de la radinerie à deux balles ça devient élégant cette nana a la classe elle a la classe je bois une gorgée de mon café je me rapproche un peu et je me marre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://open.spotify.com/user/kphsqrx822lu32510r88jopap/playlist/2nuvLeiBPz3ppNRcTx4P0X?si=QUPAx-CLReyOHbnKIZ-F0A

avatar

dr. pepper
rumeurs : 183
venue : 30/05/2018
faceclaim + crédit(s) : HEPBURN // METRONOMY
dollars : 746
réputation :
90 / 10090 / 100


métier : elle écrit des histoires sans fin qui se transforme en livre et en chronique dans le ny times
habitation : greenwich village - thanks to mom & book sales.

on se veut
on s'enlace
on se lasse
on s'en veut

je t'enlacerai
tu t'en lasseras
(louise de vilmorin)


rps en cours
alberto -- beldam -- adam -- les frères essam -- paul -- jolene


MessageSujet: Re: pourtant il fait beau chez moi l wanda   Mar 17 Juil - 0:25

d’un geste rapide et délicat, elle fait glisser ses lunettes noires le long de son nez ‘de quel année est-il?les années vingt. une petite moue boudeuse. elle l’inspecte dans tous les sens, mais elle ne semble pas convaincue. ‘c’est une très belle pièce’ ‘je n’en doute pas, je n’en doute pas…’ elle continue de l’inspecter, wanda a horreur de se tromper mais elle est certaine que l’objet est un peu trop tarabiscoté. ‘… néanmoins, je ne suis pas certaine qu’il soit réellement des années vingt, enfin qui suis-je après tout pour..’ une phrase qu’elle ne finit pas et l’attention de wanda qui divague pendant quelques secondes. lentement elle repose le vase des années vingt ‘… vous ne seriez pas un petit cachotier, vous ?’ un léger rire cristallin et wanda qui attrape une montre qu’elle porte près de ses yeux. inspection générale. ‘elle est très belle’ finit-elle par dire. ‘combien coûte-t-elle?’ deux cents dollars. une nouvelle moue boudeuse ‘c’est un bon prix’ ‘oh vous pensez ?’ lâche-t-elle naturellement et sans arrières pensées. ‘je vous assure’ ‘vous me racontez son histoire ?’ wanda aime les histoires mais quand elles sont trop longues, elle perd vite le fil.

ça n’a pas raté.
une histoire bien trop longue
pour la jolie wanda.

‘hum hum’ elle réfléchissait, une montre inspirée du tableau de dali, c’est rare ou peut-être pas. la persistance de la mémoire et ses montres molles. ‘vous allez rire, mais je crois me souvenir d’en avoir vu une la semaine dernière et figurez-vous qu’elle n’était qu’à 100 dollars’ wanda traine aux puces souvent, elle y vient toute les semaines. elle adore cet endroit pour toutes les choses qu’on y voit. ‘alors je ne sais pas si la vôtre est de meilleure qualité, mais ça fait tout de même une certaine différence, vous me l’accorderez ?’ elle ne marchande pas tout le temps wanda, ça dépend de son humeur et de l’objet désiré. ‘et si nous partions sur 110 dollars ? Cela vous paraîtrait-il convenable ?’ le vendeur dans sa veste en daim n’a pas l’air prêt à faire la moindre concession ce qui rend wanda assez perplexe. à quel point voulait-elle cette montre ? au fond, elle ne le savait pas elle-même. ‘200, c’est déjà un très bon prix ma petite dame’ wanda le regarde ‘tout est très bon chez vous : de belles pièces, de bons prix…’ elle retourne la montre et ajoute ‘cependant, j’aurais besoin que vous m’éclairiez sur un point…’ wanda qui oublie tout autour d’elle, wanda qui sollicite le vendeur pour une réponse qu’elle a déjà ‘…je ne vois pas le numéro de série sur cette montre et il me semble qu’il devrait en y avoir un puisque c’est une très belle montre pour un très bon prix’ wanda et son regard interrogateur, wanda qui attend une réponse. wanda le sait que la montre n’est pas authentique, elle le sait puisqu’elle en a déjà une qui traîne sur la table basse de sa chambre. le vendeur lui attrape la montre des mains pour l’inspecter et wanda qui fait mine de regarder autre chose sur son stand, elle fouille il y a un peu de tout beaucoup trop de choses à son goût. elle essaie une bague avant de la reposer et elle entend en fond sonore la voix grave et irritée du vendeur du marché, elle ne l’écoute plus vraiment, ça fait longtemps qu’elle a arrêté de l’écouter. cette conversation commence à l’ennuyer et elle n’a pas envie d’y passer toute sa journée. ‘plait-il ?’ ‘ok, pour 110’ une expression de contrariété et wanda qui rétorque un ‘hum… finalement 110 ça me paraît bien trop élevé à présent…’ ‘vous en voulez combien ?’ ‘je vous avoue qu’au regard de ce que l’on vient de se dire, je dirais que 30 dollars c’est amplement suffisant.’

‘cinquante’
‘quarante’
‘quarante-cinq’
‘marché conclu’


elle tend sa main gauche pour serrer la main du vendeur. échec et mat. elle sortait de son petit sac en cuir de la monnaie pour payer sa nouvelle acquisition. ‘merci monsieur, une excellente journée à vous’ et wanda qui tourne les talons pour aller voguer à d’autres occupations mais elle est très vite arrêtée par une masse qu’elle se prend de plein fouet. elle fronce les sourcils et lève les yeux. ‘oh… je vous prie de bien vouloir m’excuser, je ne vous avais point vu’ et en regardant le visage de plus près, wanda ressent comme une sensation de déjà vu. il avait le sourire aux lèvres, le garçon. il semblait heureux le garçon. wanda pouvait sentir l’odeur de café qui émanait de sa tasse en papier, enfin en carton. wanda déteste le café, l’odeur du café tout ce qui pouvait avoir un lien de près ou de loin avec ce produit. wanda est plutôt quant à elle une grande défenseuse du thé qu’elle boit à longueur de journée. ‘beldam, n'est-ce pas ?’ oh oui, elle était certaine que c’était lui. elle ne le connaît pas si bien beldam, elle l’a croisé quelques fois à la fabrique et elle le trouvait ma foi assez sympathique, enfin si c’était bien lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pin.it/i7r23liwi4ievg

avatar

campbell's soup cans
rumeurs : 398
venue : 29/05/2018
faceclaim + crédit(s) : donald glover + lux astern
autre(s) compte(s) : Caïn Morel
dollars : 1494
réputation :
60 / 10060 / 100


métier : peintre, plasticien
habitation : babybronx


it's not who you are that holds you back it's who you think you're not

ALICE l BERTO l LOUIE l COLE & ADAM


MessageSujet: Re: pourtant il fait beau chez moi l wanda   Sam 28 Juil - 23:04

Je me marre et aussitôt je me prends une femme dans la gueule. La femme. Trop perdu dans mon rire pour l'avoir vue même bouger alors que c'est elle même qui a provoqué le rire. Ca arrive parfois les trucs comme ça : on perd l'objet de nos émotions parce qu'on se perd dedans. Marrant.
Et donc c'est mon corps qui goutera le café directement au lieu de passer par ma bouche : pourquoi pas. Il en reste un petit fond que je bois, toujours hilare, je deviens l'homme café, dedans et dessus. Maintenant que j'ai son joli petit visage en gros plan ça me revient tout à fait : je la connais. Ca me revient d'autant plus qu'elle m'appelle par mon prénom, et je me demande même maintenant si je suis pas en train de faire une grosse bourde de type avoir oublié quelqu'un avec qui j'ai passé un certain temps. Mais comme elle semble scruter dans les plis de mon visage mal réveillé, mon visage terre, mon visage drapé renaissance, comme elle semble scruter là dedans une certitude que c'est bien mon nom et qu'elle ne s'est pas plantée, je me détends.


Bedlam, oui. Je n'ai pas l'honneur de me souvenir de ton prénom ?

Je l'ai croisée à la Fabrique, oui, ça me revient tout à fait maintenant. Dans ce genre de robes fourreau noire qui rend les hommes fous de l'intérieur jamais de l'extérieur très élégante belle dans son élégance pas provocante - parfaite. Elle n'est pas artiste enfin pas artiste au sens où je l'entends elle ne met pas les mains dans l'enduit elle non auteure je crois oui auteure intelligente l'élégance de son corps va avec l'emploi de ses mots. Ces gens-là me semblent toujours faire partie d'une caste à laquelle je n'aurai jamais accès.
Mais je suis pas vache va et calant mon gobelet entre mes dents de loup je tends la main pour serrer la sienne. Il y a des hommes mondains, beaucoup d'hommes mondains, qui font des baises mains et se croient au top du goût quand ils le font. Je trouve ça dégueulasse. Je trouve ça ridicule. Moi, mon dos de main, il me sert pour essuyer la sueur qui coule de mon front quand je suis au travail. Embrasser la sueur d'autrui me paraît pas une preuve de respect c'est juste dégueulasse.
Ca sert à rien ce que je fais, laisser mon cerveau vagabonder dans ma haine des mondanités alors que je suis face à une nana que j'ai croisée dans ce genre d'événements et qui peut être abhorre tout ça également. Ca met des mauvais a priori. Après tout, on s'est déjà croisés mais on ne s'est jamais rencontrés.


Jolie montre. Le marchandage, c'est pour le sport ou c'est tout un art ?

Chacun a sa raison bien particulière de pinailler. Parfois c'est une bonne raison parfois une mauvaise mais je m'en fous ce qui m'intéresse c'est le pourquoi. Et pour illustrer le fait que je n'ai prévu de juger personne ce matin, même pas quelqu'un qui vient de me renverser la moitié de mon café bien aimé sur le corps, je tend mon gobelet pour proposer une gorgée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://open.spotify.com/user/kphsqrx822lu32510r88jopap/playlist/2nuvLeiBPz3ppNRcTx4P0X?si=QUPAx-CLReyOHbnKIZ-F0A

avatar

dr. pepper
rumeurs : 183
venue : 30/05/2018
faceclaim + crédit(s) : HEPBURN // METRONOMY
dollars : 746
réputation :
90 / 10090 / 100


métier : elle écrit des histoires sans fin qui se transforme en livre et en chronique dans le ny times
habitation : greenwich village - thanks to mom & book sales.

on se veut
on s'enlace
on se lasse
on s'en veut

je t'enlacerai
tu t'en lasseras
(louise de vilmorin)


rps en cours
alberto -- beldam -- adam -- les frères essam -- paul -- jolene


MessageSujet: Re: pourtant il fait beau chez moi l wanda   Mar 31 Juil - 1:15

se cogner aux gens, comme elle se cogne à la vie – un peu trop souvent.  elle vous donne l’impression de ne jamais faire attention et cela en devient parfois agaçant. telle une enfant hyperactive qui oblige ses parents à interrompre leurs conversations d’adultes que l’on finit par supplier de se calmer parce que les cris, les menaces n’ont pas fonctionné. wanda a toujours été comme ça, l’enfant agaçant qui fait honte à ses parents – un peu trop souvent. mais ce qui change aujourd’hui, c’est que wanda n’est plus une enfant, non elle a vingt-cinq ans et plus aucun parent pour lui dire de se calmer alors elle se cogne encore et encore aux gens comme elle se cogne à la vie.

elle savait que c’était lui – oui, elle le savait. wanda a une mémoire sélective ou plutôt elle sélectionne à son bon vouloir comme un besoin de survie. elle reçoit, trie, classe, élimine. pour wanda, c’est vital de faire ça. elle pense trop, trop souvent et au fond elle imagine qu’elle est comme tout le monde. wanda ne pense pas comme tout le monde, non. une seule petite idée, juste une va en faire jaillir une vingtaine d’autres et lui ne semblait pas se souvenir d’elle – ‘wanda’  répond- elle avec un léger sourire. qu’on la reconnaisse ou pas, elle s’en fiche pas mal la wanda. elle n’a jamais recherché la célébrité dans ce qu’elle entreprenait. ça lui est tombée un peu comme ça sur le coin du nez. en réalité, la célébrité si on peut qualifier cela ainsi, elle en a eu l’expérience très jeune. wanda bates l’a eu à dix-huit ans ce qui reste jeune mais marianne nixon avait eu le droit à un quart d’heure de célébrité bien avant ça. c’est à ce moment de l’histoire, qu’elle doit remercier son père. papa le politique, papa le vice-président. et wanda est devenue célèbre comme si elle perpétuait quelconque effort initié un peu avant elle. en réalité, s’il y en a bien un qui aurait préféré que wanda bates ne soit pas connue c’est bien son daddy. pour preuve, ils ne s’adressent quasiment plus la parole. ainsi va la vie.

elle le voit lui tendre la main, un être tout à fait charmant, alors elle luis serre délicatement tel une lady, comme on lui avait appris. on lui avait également appris à faire la révérence mais dans ce contexte, cela semble totalement inadapté. ‘c’est vrai qu’elle est jolie.’ wanda regarde la montre dans sa main avant de réfléchir à la question qu’il venait de lui poser. un sport ou un art ? ‘disons que c’est un bel exercice de rhétorique ou de dialectique, tout dépend où tu places le marchandage’ ou l’art oratoire. wanda a été préparé à l’exercice très tôt. face à ses sœurs, elle a appris à développer ses idées et à convaincre. et wanda était bien meilleure que ses sœurs. elle aurait pu avoir une très belle carrière dans le droit. son père avait déjà tracé son parcours universitaire : l’université de duke dans l’idéal, harvard ou yale si elle en était capable. faire des plans pour l’avenir peut vous rendre amer, plus souvent que vous ne pouvez l’imaginer. ‘et si tu vois ici un exercice de dialectique, alors nous pourrions dire, en faisant appel à schopenhauer, que c’est alors tout un art d’avoir toujours raison.’ trente-huit stratagèmes pour avoir raison, cela laisse quelques possibilité pour réussir ou pas d’ailleurs. elle regarde le gobelet et le remercie d’un geste rapide. elle passe son tour. ‘cela serait plutôt à moi de t'offrir un café!’ pour s’excuser d’être si maladroite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pin.it/i7r23liwi4ievg
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: pourtant il fait beau chez moi l wanda   

Revenir en haut Aller en bas
 
pourtant il fait beau chez moi l wanda
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» enfin il fait beau
» tant qu'il fait beau, j'en profite !!
» Il a fait beau aujourd'hui....
» Comment taper là où ça fait mal chez les orks?
» Aujourd'hui, il a fait beau... + 1 en 16/9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ la fabrique :: new-york city :: brooklyn :: marché aux puces-
Sauter vers: