AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
forum fermé mais toujours ouvert pour ceux qui veulent lire.
merci pour cette aventure, merci pour vous, merci pour votre imaginaire et pour tout ce que vous nous avez donné. I love you

Partagez
 

 Untill we bleed - adam

Aller en bas 
AuteurMessage

Arthur Vargas

triple elvis
rumeurs : 114
venue : 10/06/2018
faceclaim + crédit(s) : matthew clavane + venus in fur
autre(s) compte(s) : freddy nollekens
dollars : 1381
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty25 / 10025 / 100Untill we bleed - adam  Empty


habitation : -
Untill we bleed - adam  Large

RP EN COURS
LOUIE | TOMMY | ADAM III

RP TERMINES :
ADAM I | MIGUEL | ADAM II


Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptySam 23 Juin - 14:08




to the point of madness → Il se balade, lentement, clope au bec vague à l'âme.
Il profite de New-York, comme si la ville lui avait manquée. Ca n'a jamais été le cas, il n'a jamais aimé New-York, il a été plus qu'heureux de la quitter, à quelques exceptions près.
Si son père habitait ailleurs, il s'en porterait d'autant mieux.
Il n'a pas oublié ce qu'il a vécu à New-York, ni avec qui. Simplement, Arthur est un homme pragmatique qui ne pense pas aux choses qui font trop de mal, qui brise les coeurs. Il a déjà le cerveau en bouillie, autant préserver ses autres organes. Alors il marche, comme il peut, il se balade en essayant d'oublier qu'il est enfermé dans une ville immense, donc l'horizon est coupé.
Il arrive à Manhattan. Il est une heure du matin, les boites souterraines ouvrent.
Il a un petit sourire, il sait que ses pas l'emmènent vers le Jerry's Basement, un bar jazz, indépendant, vaguement ouvert d'esprit, où se produisent sur scènes des groupes mémorables.
Comme le sien, à une époque.
Il continue de marcher, il arrive finalement devant. Il pousse un long soupir. Il hésite à entrer, il ne sait pas ce qu'il pourrait y trouver.
Sans doute des souvenirs par milliers.
Il sourit, il pousse la porte, paye l'entrée, laisse son blouson en cuir au vestiaire, se retoruve avec son tee-shirt et son vieux jean. Son regard se porte d'emblée vers le bar.
Si Adam Ackerman aime bien danser, il aime encore plus le bar du Jerry's Basement. Il y a passe de longs moments, et commande toujours la même boisson. Arthur a oublié laquelle.
Il n'est pas au bar. Bien sûr, qu'est-ce qu'il pensait. Il pousse un petit soupir, puis il se fraie un chemin à travers la foule dansante. C'est un twist qui s'entame, il sourit, se prend au jeu. Il écoute ce que dit le speaker, sur la scène, regarde faire le guitariste. Tout est cosmopolite, les gens, les danses, les discussions, la musique. C'est ce qui fait la force de ce bar dansant. Alors il se met à danser le twist, comme tout le monde, en faisant bouger les genoux, en souriant et en trouvant partenaire sur partenaire.


_________________

in the end, it's him & i → and I wanna get older. All the things I want I really shouldn't get. And your head looks good, I wanna love it so much, I wanna be the one, I wanna do what you love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.pinterest.fr/aniclas/arthur-vargas/ https://open.spotify.com/user/audijolo/playlist/1R1f1SpjBjTrXc12LIMM8Q?si=bOPEwmoiS2O3Svn2PAyAVg

Adam Ackerman

varoom !
rumeurs : 221
venue : 20/06/2018
faceclaim + crédit(s) : sprouse + fayrell la déesse.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas, tarek essam et pierrot rose. ♡
dollars : 1368
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty59 / 10059 / 100Untill we bleed - adam  Empty


métier : photographe érotique, sans vulgarité ni visions crues - seulement le sublime des actes impardonnables.
habitation : queens, un petit appartement abordable.
Untill we bleed - adam  Large

personne ne me touche, personne ne s'approche de moi. mais vous vous m'avez touchée si profondément putain je n'arrive pas à le croire et je n'arrive pas à l'être autant.

Untill we bleed - adam  CySPVi4d_o Untill we bleed - adam  Tov5HuhW_o Untill we bleed - adam  Vfh2fGWy_o



Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptySam 23 Juin - 14:37


mauvais pas
adam a le regard qui divague, le coeur qui bat la chamade, le coeur qui implose, explose alors que son souffle se perd depuis des heures dans le bar qui crache ses meilleurs morceaux. il a le rire facile qui percute contre sa partenaire - lucy, lucy elle s'appelle et elle a des cheveux noirs nuits, des yeux qui hurlent à l'océan et de petites jambes faciles à porter. elle sent la clope aussi, un peu l'alcool - tout comme lui. veste laissée au placard, veston ouvert qui dévoile des bretelles brunes et les manches de sa chemise remontées, il revient toujours à elle dans des mouvements précis. il part, il vient, de la piste jusqu'au bar, du bar jusqu'à la piste - une habitude contre laquelle il n'échangerait rien au monde, il n'a ni la danse dans le sang, ni ne peut se vanter d'avoir un jeu grandiose de jambes. pour autant il se défoule, pour autant il a l'impression d'être hilare - ou complètement saoul à chaque fois. tête qui se secoue, ses cheveux ne sont plus semblables à l'accoutumée - c'est une véritable bataille capillaire qui se fait, ça se mélange ne reste pas en place. il a les pupilles qui brillent d'une euphorie nocturne. autour c'est la même rengaine, twist endiablé qui emmène des hommes et des femmes venir faire connaissance comme seulement se croiser pour une danse. tout est plus beau en ce lieu, bien plus enfumé aussi - à croire qu'ils sont en apnée. ça vient, ça part, ça apparaît puis ça disparaît - il est sûr d'avoir croisé au moins une centaine de visages depuis qu'il y a posé les pieds. puis la cadence ralentit, un instant il vient à douter, un instant il vient à se demander s'il ne fabule pas complètement - s'il n'a pas tout simplement trop poussé sur la bouteille. cils qui papillonnent, derrière son dos alors qu'il jette un oeil hagard, il tombe sur une silhouette croisée, silhouette connue, silhouette immortalisée dans son objectif.
il doute - y'a le visage qui apparaît, qui claque dans sa face comme des milliers d'aiguilles. ça pique. ça ravive comme une haine grandissante, comme une amertume vicelarde à l'allure d'une queue de serpent. lucy le voit, lucy reprend les pas en lui souriant de toutes ses dents. il va à son oreille adam, pour souffler.
- j'ai besoin d'un verre.
- encooore ? oh allez adam, reste.
- j'reviens, juré.
accord de regards qui s'entendent sans broncher, elle et sa robe turquoise partent à la recherche d'un autre cavalier. il se fraie un chemin parmi la foule qui se colle, trouve le chemin vers le bar. ni une ni deux il demande un bourbon qui arrive rapidement. accoudé, il reprend lentement sa respiration - il se répète qu'il imagine les fantômes. il serait pas revenu de toute façon. mieux ailleurs, mieux loin d'ici.
new-york assassine a-t-il dit, arthur.
new-york tue, new-york étouffe, new-york aura sa peau. raison de son départ, raison de son adieu - il se marre de façon gutturale, dépité de remettre ses souvenirs sur le tapis, dépité d'avoir à ramasser des restes de ce qui était. première gorgée qu'il apprécie à sa juste valeur, il a jamais aimé l'ironie adam. ni les moqueries. que du jour au lendemain l'avis se modifie - que tout ça pour ça. il tape du pied, il a envie de repartir se bouger - pourtant il flippe à l'idée de croiser ce visage dont il a plus rien à voir.

_________________

et mes pieds se sont emmêlés,
dans les veines de ton corps courbé,
et j'me suis vautré,
sur ton joli coeur gonflé -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/146363055-adam https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/6f1wBTz0FQEMGDONnrXjfE?si=O9gvBy7YTYWrO4x_LS7HbA

Arthur Vargas

triple elvis
rumeurs : 114
venue : 10/06/2018
faceclaim + crédit(s) : matthew clavane + venus in fur
autre(s) compte(s) : freddy nollekens
dollars : 1381
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty25 / 10025 / 100Untill we bleed - adam  Empty


habitation : -
Untill we bleed - adam  Large

RP EN COURS
LOUIE | TOMMY | ADAM III

RP TERMINES :
ADAM I | MIGUEL | ADAM II


Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptySam 23 Juin - 17:48




to the point of madness → Il a oublié ce que c'était que de danser avec quelqu'un, sans être totalement défoncé. Il a oublié ce que c'était que ces club New-Yorkais où on est enfermé, où on rêve à demi mot de grands espaces, mais où rien n'est aussi libérateur que la musique, l'odeur de la cigarette, et les envies de boire et de danser, d'être en collé serré avec une inconnue, d'embrasser à tout va, et d'espérer des heures meilleures.
Il a oublié New-York, qui lui revient violemment en tête, lorsqu'il danse avec une fille, puis une autre. Que le twist les possède.
Il applaudissent tout, tapent des mains en coeur, et chantent la chanson.
"COME ONE LET'S TWIST AGAIN!" Il prend la main de sa cavalière, la fait tourner, puis ils jouent des genoux, l'un face à l'autre, avec un sourire sur les visages, avec les mains qui ses frôlent, avec les rotules qui partent en vrille. Puis elle se retourne, va vers un autre cavalier, et il en récupère une autre. Une jolie brune à la robe turquoise, un col droit qui remonte au  niveau de son cou, qui dégage à peine ses épaules. Et elle sourit, elle aussi, tout le monde sourit dans le club. Ils dansent un moment, en rythme, en chantant un peu, en se cherchant un peu. Il a le coeur qui s'emballe, il sourit. Il a soif, envie d'alcool, envie d'un joint aussi. Il a décidé d'arrêter, autant s'y prendre. Il lui souffle à l'oreille : " J'vais au bar !" Elle fronce les sourcils et pousse un soupir déçu.  "Qu'est-ce que vous avez tous ce soir à vouloir boire." Il se marre, il la laisse sur la piste, elle trouvera bien quelqu'un.
Il se dirige vers le bar, se fraie un chemin à travers la foule.

Un instant, il croit avoir plongé au coeur d'un souvenir.
Au bar, comme le soir où il se sont rencontrés, à boire un verre.
Un bourbon, c'est ça, ça lui revient même d'un coup.
Il se ressaisit, c'est simplement la même silhouette, les même cheveux.
Le même veston.

Il a le coeur qui menace de lâcher, le corps prend le relais, il s'avance jusqu'au bar, prend le tabouret à ses côtés.
Il regarde droit devant lui.
Il se doute que ses propres cheveux cachent son visage, que la dernière fois qu'ils se sont vus il n'avait pas cet air ahuri de hippie complètement largué. Il a des frissons qui remontent le long de sa colonne vertébrale, elle menace de flancher, de s'effondrer sur elle même. Que dès demain, on retrouve Arthur en pièce détachées, là, mort sur le plancher de cette pauvre cave reconvertie.
Il n'a pas le moindre doute, il n'ose pas le regarder.
Et par un miracle sans nom, il arrive encore à prononcer quelques mots.
" Tu viens encore ici ?" Ce qui n'a aucun sens. Il est là, bien sûr qu'il fréquente toujours cette cave, cette boite, ce bar, et, alors qu'il jette un coup d'oeil furtif, bien sûr qu'il prend toujours un bourbon.
Il a le coeur qui part en vrille, l'envie de pleurer, et les mots qui claquent encore à ses oreilles. Ce
j'te hais, qui a brisé des coeurs.

_________________

in the end, it's him & i → and I wanna get older. All the things I want I really shouldn't get. And your head looks good, I wanna love it so much, I wanna be the one, I wanna do what you love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.pinterest.fr/aniclas/arthur-vargas/ https://open.spotify.com/user/audijolo/playlist/1R1f1SpjBjTrXc12LIMM8Q?si=bOPEwmoiS2O3Svn2PAyAVg

Adam Ackerman

varoom !
rumeurs : 221
venue : 20/06/2018
faceclaim + crédit(s) : sprouse + fayrell la déesse.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas, tarek essam et pierrot rose. ♡
dollars : 1368
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty59 / 10059 / 100Untill we bleed - adam  Empty


métier : photographe érotique, sans vulgarité ni visions crues - seulement le sublime des actes impardonnables.
habitation : queens, un petit appartement abordable.
Untill we bleed - adam  Large

personne ne me touche, personne ne s'approche de moi. mais vous vous m'avez touchée si profondément putain je n'arrive pas à le croire et je n'arrive pas à l'être autant.

Untill we bleed - adam  CySPVi4d_o Untill we bleed - adam  Tov5HuhW_o Untill we bleed - adam  Vfh2fGWy_o



Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptySam 23 Juin - 21:22


mauvais pas
il se laisse porter par la musique comme on se laisse porter par le courant - sans trop réfléchir, sans trop penser, juste à secouer la tête sur quelques accords, sur des paroles qui donnent envie aux guiboles d'aller faire un grand écart. il laisse planer un rire, le verre entre les doigts alors qu'il le sait. plus rien à faire, plus que de la misère alors qu'un demi-enfer revient lui faire de l'oeil sur une rupture aussi dure qu'inattendue - il l'a encore au fond de la gorge, un pauvre couteau qu'il aurait oublié d'enlever par peur de trop pisser. alors il s'en mord les doigts adam, même si la haine s'est évaporée en une sorte de petite amertume, incompréhension présente qui lui rappelle qu'arthur avait selon lui, pas le droit de se tailler comme ça. juste en claquant des doigts. juste en jurant après une existence idéalisée - quel enfant. il aurait aimé lui reprocher son âge - mais lui-même à l'époque se coltinait le même gabarit. il reprend une gorgée, juste à côté il approche avec sa tignasse semblable à un buisson qu'aurait trop bouffé de soleil. il sourit un peu - c'est poli, pas forcément forcé, il sait qu'il a un peu abusé des verres tout au long de la soirée. il se dit que c'est tant mieux adam, qu'avoir qu'une partie de son esprit pour essayer de pas paraître détestable - totalement imbuvable. il s'allume une clope avec nonchalance, la cale dans son bec et trime à faire claquer le feu de son briquet - il peste une seconde ou deux, en entendant la question. oeillade directe pour dire qu'il est en pleine urgence et que pour l'instant il n'est ni disponible, ni apte à répondre. il essaie encore, encore. ça dure une minute - puis enfin ça s'allume, ça fait enflammer la brindille.
il tire une taffe - tout juste s'il prend pas son pied à chaque bouffée. et adam le regarde, adam fuit plus totalement - même s'il aurait préféré prendre ses jambes à son cou, les derniers mots qui lui reviennent à la façon d'un boomerang, et si au départ il était entre ses mains, il se retrouve dorénavant en plein dans sa gueule. quatre ans depuis et ça lui fait le même effet qu'une bombe en interne.
- d'après toi ? froncement de sourcils qui souligne l'étrangeté de sa question, il rit un peu adam, se détache de la lourdeur sur ses épaules qui le pousse à se confronter à la gravité - il se rappelle qu'il a laissé des os au passage, un peu trop de lui-même dans cette relation qui selon lui aurait pu durer jusqu'à ce que l'un crève de manière tragique. dieu qu'il s'était planté. inspiration profonde - l'air pollué qui ravive ses poumons, les noircit un peu plus. et toi ? rentré de ton voyage initiatique ? c'est vrai qu'il voulait être bien arthur, c'est vrai qu'il voulait se défaire de new-york pour ne pas se décomposer petit à petit. il tire une latte, reprend une gorgée - putain le bourbon lui aura jamais paru aussi bon. il lui en veut encore - des années plus tôt il lui aurait collé une gifle en plein dans sa joue. maintenant, maintenant adam il est trop concentré sur la musique pour se préoccuper de ses propres sentiments qui jouent aux soldats en pleine guerre,  à se prendre des balles qui fendent l'air.

_________________

et mes pieds se sont emmêlés,
dans les veines de ton corps courbé,
et j'me suis vautré,
sur ton joli coeur gonflé -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/146363055-adam https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/6f1wBTz0FQEMGDONnrXjfE?si=O9gvBy7YTYWrO4x_LS7HbA

Arthur Vargas

triple elvis
rumeurs : 114
venue : 10/06/2018
faceclaim + crédit(s) : matthew clavane + venus in fur
autre(s) compte(s) : freddy nollekens
dollars : 1381
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty25 / 10025 / 100Untill we bleed - adam  Empty


habitation : -
Untill we bleed - adam  Large

RP EN COURS
LOUIE | TOMMY | ADAM III

RP TERMINES :
ADAM I | MIGUEL | ADAM II


Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptySam 23 Juin - 22:49




to the point of madness → Il sent son coeur si fort. Il sait que si les sons s'étouffent autour de lui, qu'il voit flou avec les yeux ouverts, c'est qu'il refait un AVC, et cette fois il n'y survivra pas.
Mais Adam ne peut pas lui faire avoir ce genre de réaction fatale. Il peut seulement lui retourner le coeur, avec le cerveau en prime, le foutre en l'air et apprécier sa vengeance.
Il est vrai, cependant, qu'il n'entend plus vraiment la musique, tant toute son attention est focalisée sur le bar, sur ce qu'il s'y passe. Il sourit pas, il regarde nulle part, fixe un point précis sur une bouteille d'alcool, dans le fond.
Oh si seulement les danseurs autour d'eux avaient conscience du drame qui se joue, de l'ampleur des sentiments déployés entre deux corps, entre deux coeurs.
Un vrai amour, une vraie alchimie, une relation comme il n'en retrouvera plus jamais.
Et il a abandonné tout ça. Quel connard. Il s'en mord pas les doigts, mais c'est tout comme. Et ses derniers mots résonnent encore, entre eux, avant même qu'il n'ouvre la bouche. D'après lui ? Il le hait. Oui, mais ça n'est pas la question. Evidemment qu'il fréquente toujours la cave où ils se sont vraiment parlés, pour la première fois. Il garde ses mains sous le bar, à se les triturer, à vouloir s'arracher les ongles.
Il galère à allumer sa clope, Arthur lui jette un coup d'oeil, sans oser affronter son regards. Ils se croisent cependant, un court instant, comme par nécessité.
Plonger les yeux dans les siens, et mourir comme on plonge dans un verre d'absinthe.
Il n'aurait pas du revenir dans ce bar. Il aurait du rester en voyage initiatique. Il voit bien qu'Adam ne le prend pas au sérieux, qu'il ne l'a jamais compris de toute manière. Il regarde le bar, se mord la lèvre. Il hoche la tête.
" Oui." Il déglutit. Il n'ose pas dire quoique ce soit d'autre.
Qu'il était chez les hippies, qu'il a été au Mexique, qu'il a passé sa vie dans un van, qu'il a fait tellement de bad trip qu'il pourrait pas les compter, qu'il a failli se noyer alors que c'était sa phobie la plus terrible, qu'il a vécu à San Francisco dans un squat, qu'il a testé très exactement 17 drogues, qu'il lui a écrit une chanson, qu'il a fait 31 crises d'épilepsies généralisées, tellement de crises partielles qu'il ne pourrait pas les compter, et qu'il n'a pas passé une journée sans penser à lui.
Au lieu de ça, il dit seulement
" Toi ça va ?" En lui jetant un coup d'oeil, le coeur au bord du gouffre.

_________________

in the end, it's him & i → and I wanna get older. All the things I want I really shouldn't get. And your head looks good, I wanna love it so much, I wanna be the one, I wanna do what you love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.pinterest.fr/aniclas/arthur-vargas/ https://open.spotify.com/user/audijolo/playlist/1R1f1SpjBjTrXc12LIMM8Q?si=bOPEwmoiS2O3Svn2PAyAVg

Adam Ackerman

varoom !
rumeurs : 221
venue : 20/06/2018
faceclaim + crédit(s) : sprouse + fayrell la déesse.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas, tarek essam et pierrot rose. ♡
dollars : 1368
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty59 / 10059 / 100Untill we bleed - adam  Empty


métier : photographe érotique, sans vulgarité ni visions crues - seulement le sublime des actes impardonnables.
habitation : queens, un petit appartement abordable.
Untill we bleed - adam  Large

personne ne me touche, personne ne s'approche de moi. mais vous vous m'avez touchée si profondément putain je n'arrive pas à le croire et je n'arrive pas à l'être autant.

Untill we bleed - adam  CySPVi4d_o Untill we bleed - adam  Tov5HuhW_o Untill we bleed - adam  Vfh2fGWy_o



Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptyLun 25 Juin - 10:20


mauvais pas
il a tout en sourdine, comme les bruits parasites de son corps qui fait un ramdam du diable. le coeur ici, l'estomac là, même le veines se mettent à gonfler sous la mémoire subite qui vient, doucement, enrouler ses mains autour de son cou pour l'étouffer - le mettre à terre au pire des cas. il tire sur sa cigarette une fois, deux fois, trois fois, il entend à peine arthur lui répondre, il arrive à discerner un oui dans les claquements de talons. il fait grise mine, il fait profil bas sans trop s'affirmer - n'empêche qu'il est juste à côté, qu'il compte pas pour l'instant se tailler et que ça lui donne envie de sourire adam. sourire comme jamais. sourire d'un bonheur de revoir sa trogne dans le coin, sourire d'ironie, sourire de guerre contre un amour jeté dans les ordures avec les autres déchets. il inspire profondément, de son autre main il secoue un peu le bourbon, qu'il regarde avec la même admiration qu'un adolescent devant une jolie fille. cette robe est cependant bien plus exquise. gorgée terminée, il repose le verre vide sur le bar en grinçant des dents, ni une ni deux il lève le bras pour appeler celui qui lui donnera encore un peu de son carburant.
- encore un.
il lui sourit, glisse un clin d'oeil amical sous le hochement de tête de l'autre. il attend, en continuant de se pourrir les poumons - et ce depuis son plus jeune âge. adam rebondit, adam reprend en cherchant malgré tout un peu le regard de celui qui fut un temps, un centre de monde, une pensée bloquée au présent, si bien qu'il ne voulait songer au futur. ç'aurait été destructeur, ç'aurait été se coincer, ç'aurait été ne pas avancer après une fine aussi brutale tant il aurait visualisé les années passantes en sa compagnie. tout va bien. j'ai fait ma dernière expo' y'a peu d'temps. mauvaises langues elle s'appelle, elle a pas mal rattrapé les dernières qui ont fait voir vert, rouge, même violet à ceux qu'étaient là pour regarder. éclat de rire cristallin qui fait vibrer sa gorge, le verre arrive assez rapidement alors qu'il le remercie d'un mouvement de tête poli. il en reprend un peu derechef, pousse un profond soupir.
- j'vois que t'as fait la connaissance de lucy. une chouette fille. va pas t'faire trop d'espoir quand même, elle est fiancée d'puis un petit mois. amie rencontrée il y a un petit paquet d'années maintenant, elle continue de le surprendre avec ses nouvelles autant soudaines qu'attendues. bientôt la corde au cou, la balle dans le pied et la bague au doigt, elle fait jamais les choses à moitié, lucy. qu'est-c'qui t'amène ? j'pensais qu'tu détestais la ville. ou au moins qu'elle te détestait.

_________________

et mes pieds se sont emmêlés,
dans les veines de ton corps courbé,
et j'me suis vautré,
sur ton joli coeur gonflé -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/146363055-adam https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/6f1wBTz0FQEMGDONnrXjfE?si=O9gvBy7YTYWrO4x_LS7HbA

Arthur Vargas

triple elvis
rumeurs : 114
venue : 10/06/2018
faceclaim + crédit(s) : matthew clavane + venus in fur
autre(s) compte(s) : freddy nollekens
dollars : 1381
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty25 / 10025 / 100Untill we bleed - adam  Empty


habitation : -
Untill we bleed - adam  Large

RP EN COURS
LOUIE | TOMMY | ADAM III

RP TERMINES :
ADAM I | MIGUEL | ADAM II


Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptySam 30 Juin - 12:36




to the point of madness → Il n'est pas revenu à New-York pour lui. Il ne voulait pas lui faire encore plus de mal, lui donner de faux espoirs, revenir sur sa décision de partir, faire pleurer les coeurs, comme avant. Lui faire croire qu'il allait revenir, parce qu'il est finalement revenu.
Il aurait peut-être du lui envoyer un lettre, un mot, quelque chose.
Il ose à peine le regarder. Il ose à peine se l'avouer. Mais il est profondément heureux de le voir, il est si incroyablement heureux de le voir. Il fait rien de particulier Adam, il est assis à un bar, à boire un bourbon, comme d'habitude. Mais ça a un prix.
Il n'entend plus le bruit des talons qui claquent derrière lui, il n'entend que lui.
Ils se cherchent du regard, comme si ils voulaient s'accrocher les mains, et qu'ils ne faisaient que glisser, qu'ils ne pouvaient se toucher que quelques secondes.
Et puis il explique.
Et bordel ce que sa voix lui a manquée...
Il aurait pu lui passer un coup de fil, aussi. Juste pour entendre le son de cette voix, cet éclat de rire cristallin, prendre de ses nouvelles, ne pas se faire oublier. Adam l'a sans doute oublié.
Il écoute son explication, il meurt d'envie de voir ses nouvelles photos, il le laisse parler. Il jette un coup d'oeil en arrière, pour regarder cette jeune fille, cette Lucy avec qui il a dansé. Il regarde sa robe tourner, elle a trouvé un autre cavalier, elle est comme une étoile bleue, au milieu de la piste de danse. Il jette un regard à Adam, sans rien dire.
Il ose enfin le regarder. Il sourit.
" C'est pas mon genre." Il le fixe.
Il a presque envie de dire, c'est toi mon genre, mais la vérité c'est qu'il n'a ni genre, ni préférence, ni amour à donner. Simplement des baisers.
Il se retourne vers le bar, et il écoute la suite. La question qui tombe. Il pousse un vague soupir. Adam n'a pas l'air de lui en vouloir, il n'a pas l'air de vouloir se peau. Pourquoi il est de retour ? Il aurait bien crevé au Mexique, ça l'aurait pas dérangé. Il sait pas s'il doit dire la vérité.
Sans doute que si.
Le bruit lui fout mal au crâne soudainement. Il n'a jamais récupéré son accoutumance au sons trop forts, il les supporte pendant quelques temps, puis il n'entend plus qu'eux, il peine à se concentrer. Il regarde les bouteilles d'alcool sur le bar, se concentre sur celles-ci.
Whiskey, Vodka, Tequila, Rhum, Sirop d'anis, Bière, Alcools, à la santé, adieu, automne, la maison des morts, Merlin, nuit rhénane, le pont mirabeau, les sapins, un soir, les fiançailles, hôtels.
Comme ce recueil d'Apollinaire, il en a lu la traduction lorsqu'il était au Mexique, il y avait un français, il n'avait même pas de marinière.
Il regarde un instant autour de lui, sans plus vraiment comprendre où il est, son esprit s'est échappé. Il est perdu, son regard retombe sur Adam. Il se souvient plus de la question. Il a la tête qui tourne, de bruit. Plus besoin de se bourrer la gueule. Il dit, la gorge sèche :
" Tu veux pas sortir ? Y'a trop d'bruit."
Adam le sait, dès les premières heures de son accident, il a développé une intolérance au bruit. Et s'il ne supporte pas d'entendre des choses aussi forts, il peut au moins le regarder, pour s'accrocher.


_________________

in the end, it's him & i → and I wanna get older. All the things I want I really shouldn't get. And your head looks good, I wanna love it so much, I wanna be the one, I wanna do what you love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.pinterest.fr/aniclas/arthur-vargas/ https://open.spotify.com/user/audijolo/playlist/1R1f1SpjBjTrXc12LIMM8Q?si=bOPEwmoiS2O3Svn2PAyAVg

Adam Ackerman

varoom !
rumeurs : 221
venue : 20/06/2018
faceclaim + crédit(s) : sprouse + fayrell la déesse.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas, tarek essam et pierrot rose. ♡
dollars : 1368
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty59 / 10059 / 100Untill we bleed - adam  Empty


métier : photographe érotique, sans vulgarité ni visions crues - seulement le sublime des actes impardonnables.
habitation : queens, un petit appartement abordable.
Untill we bleed - adam  Large

personne ne me touche, personne ne s'approche de moi. mais vous vous m'avez touchée si profondément putain je n'arrive pas à le croire et je n'arrive pas à l'être autant.

Untill we bleed - adam  CySPVi4d_o Untill we bleed - adam  Tov5HuhW_o Untill we bleed - adam  Vfh2fGWy_o



Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptyDim 1 Juil - 21:04


mauvais pas
il voudrait danser adam, laisser son corps aller sous le bruit des trompettes, se faire posséder par les guitares qui tonnent jusqu'à lui filer le tournis. il voudrait juste, sans réfléchir, abandonner ses jambes pour qu'elles se mettent à bouger seul, que jusqu'au petit matin il continue, à s'en saigner les pieds, à en avoir plein les pompes et en faire des flaques sur son chemin. il inspire profondément, termine son verre alors que sa clope, elle, prend plus de temps à se consumer entre ses doigts. la fumée s'échappe tantôt de son nez, tantôt de sa bouche, arthur est pas très causant, arthur est même si peu bavard que ça lui filerait presque le cafard - alors que vargas fils a tendance à l'ouvrir, parfois un peu trop, si bien qu'il semble à la fois redoutable et ridicule lorsque vers une fille il va, lui soufflant à l'oreille tout ce qu'il a de poétique sous la main. lèvre inférieure vaguement pincée pour y arracher deux trois peaux mortes, il le zieute du coin de l'oeil, fronce les sourcils lorsqu'il le sent fébrile - ça au moins ça s'est jamais taillé, la sensation de savoir ce que l'autre peut potentiellement ressentir, juste savoir grâce au plissement du nez que ça va mal se terminer. il pose son attention sur son verre vide, à regret de ne plus pouvoir le remplir il hoche la tête.

il est à ça de se prendre la foule et tomber, mais il reste debout adam, jusqu'à trouver la sortie, la grande, pas celle de derrière - il se demande sur l'instant s'il en existe une. il prend de suite place dos contre le mur, pousse un long soupir - il a encore les détonations de la musique, ça tape lourdement contre ses tympans.
- on disait quoi... ah oui. pas ton genre, tu veux rire ? lucy c'est l'genre de tout l'monde. le genre jolie brune qui a la bouche tellement jonchée de fleurs que des abeilles viennent y butiner. il laisse l'arrière de son crâne se poser contre les briques, il sent un peux mieux son pauvre coeur qui palpite - un peu d'angoisse, de désarroi, il se sent au piège adam, dans son propre squelette qui se referme, une cage de côtes ivoires. t'es d'passage ? arthur il vient, il part, il reste jamais au même endroit, comme incapable de s'y confronter, de s'y mêler. il aime pas, arthur, il aime pas new-york et son monde, trop de violence, trop de tout - assez pour qu'il préfère abandonner sur son passage un semblant d'histoire, brûlée depuis tout ce temps, foutue dans la cheminée, créant des nuages noirs flottant encore au-dessus d'eux. il le regarde un peu mieux, essaie de prendre le temps d'analyser les changements - y'a beaucoup plus de cheveux sur cette tête impulsive. avec moins de lumière c'est encore mieux - c'est à se croire dans sa salle où il a tout photographié, sur son piédestal comme à terre.

_________________

et mes pieds se sont emmêlés,
dans les veines de ton corps courbé,
et j'me suis vautré,
sur ton joli coeur gonflé -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/146363055-adam https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/6f1wBTz0FQEMGDONnrXjfE?si=O9gvBy7YTYWrO4x_LS7HbA

Arthur Vargas

triple elvis
rumeurs : 114
venue : 10/06/2018
faceclaim + crédit(s) : matthew clavane + venus in fur
autre(s) compte(s) : freddy nollekens
dollars : 1381
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty25 / 10025 / 100Untill we bleed - adam  Empty


habitation : -
Untill we bleed - adam  Large

RP EN COURS
LOUIE | TOMMY | ADAM III

RP TERMINES :
ADAM I | MIGUEL | ADAM II


Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptyDim 1 Juil - 23:44




to the point of madness → C'est étrange comme il devient sensible au bruit, par moments. Instant d'égarement, et soudain, il n'entend plus rien d'autre que le son de cette trompette, qui lui vrille les tympans, les bruits de talons qui font fondre sa persévérance, son calme. Il serre les dents, et il l'entraine dehors.
L'air frais lui frappe le visage. Il regarde le soleil. Evidemment, il n'y a que la lune pour lui répondre.
Il a le coeur qui bat lentement, mais si fort dans sa poitrine.
Il jette un coup d'oeil à Adam qui sort.
Il ne comprend pas comment son visage a pu ne pas changer, rester aussi similaire. Il ose le regarder, un moment, détailler les traits de son visage. Il a le souffle court.
C'est comme un rêve. Il est certain, il a rêvé des dizaines et des dizaines de fois d'Adam, de le revoir, de le retrouver, et de s'excuser. Maintenant qu'il est devant lui, tout semble si surréaliste. Il ne sait pas quoi faire... Il ne sait pas quoi dire.
Est-ce qu'il y a un protocole à suivre dans ce genre de situation ? Est-ce qu'il devrait simplement s'excuser, se faire pardonner, et l'emmener, pour tout reprendre comme avant ?
Il n'avait pas prévu tout cela, évidemment. Il s'appuie contre le mur, à ses côtés. Y'a des filles et des garçons qui entrent, tout le monde est habillé comme un samedi soir, ni trop chic, ni pas assez élégant. Tout le monde est beau. Il imagine distraitement chaque personne passer sous l'angle de l'objectif d'Adam.
C'est surréaliste...
Il n'en revient toujours pas, il ne s'attendait toujours pas à le revoir.
y'a trop de souvenirs qui remontent, en réalité.
Il sourit. Oh Adam a toujours eu l'art et la manière de le faire sourire. Il se tourne vers lui.
Il imagine que lui même a bien changé. Quelques kilos en moins, quelques cheveux en plus. C'est surtout ça.
Quelque part, il n'a pas coupé ses cheveux pour repasser sous son objectif, rester androgyne pour lui. Il répond.
" C'est pas mon genre." Et c'est faux. Il sort un paquet de clope de sa poche, en tire une, sort un briquet. Il lui en tend une, poliment, en regardant sa main.
Sa propre main, qui avait servi d'hameçon, lors de leur première rencontre.
Il ne sait pas s'il doit répondre la vérité. Il dit doucement, ailleurs :
" Je sais pas trop..." Il regarde le ciel, et reprend : " Je vais rester un moment, ou toute ma vie, j'sais pas encore. Ca dépendra." Il lui jette un regard, amusé. Parce que quitte à ne pas en pleurer, autant en rire : " En tout cas je r'pars pas tout d'suite, et si je r'pars, tu seras le premiers à l'savoir."

_________________

in the end, it's him & i → and I wanna get older. All the things I want I really shouldn't get. And your head looks good, I wanna love it so much, I wanna be the one, I wanna do what you love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.pinterest.fr/aniclas/arthur-vargas/ https://open.spotify.com/user/audijolo/playlist/1R1f1SpjBjTrXc12LIMM8Q?si=bOPEwmoiS2O3Svn2PAyAVg

Adam Ackerman

varoom !
rumeurs : 221
venue : 20/06/2018
faceclaim + crédit(s) : sprouse + fayrell la déesse.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas, tarek essam et pierrot rose. ♡
dollars : 1368
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty59 / 10059 / 100Untill we bleed - adam  Empty


métier : photographe érotique, sans vulgarité ni visions crues - seulement le sublime des actes impardonnables.
habitation : queens, un petit appartement abordable.
Untill we bleed - adam  Large

personne ne me touche, personne ne s'approche de moi. mais vous vous m'avez touchée si profondément putain je n'arrive pas à le croire et je n'arrive pas à l'être autant.

Untill we bleed - adam  CySPVi4d_o Untill we bleed - adam  Tov5HuhW_o Untill we bleed - adam  Vfh2fGWy_o



Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptyLun 2 Juil - 0:05


mauvais pas
en y réfléchissant bien, il s'est senti stupide après son départ. seulement les jours suivant, mais toujours stupide. fallait le voir, fallait au moins s'en rendre compte qu'arthur était pas fait pour rester, pour s'enraciner dans une routine ennuyeuse, qu'il était pas bon pour un monde qui jamais ne change et toujours s'empire, qu'il était de ceux qui s'évaporent. peu à peu. progressivement. non pas un nuage de cigarette, plutôt sortant d'usines, qui après avoir souffert dans une machinerie du diable, se retrouve enfin à l'air libre, capable d'agir par lui-même. dieu qu'il s'est enfin perçu comme un grand crétin, un idéaliste dont on ferait mieux parfois de couper la chique pour qu'il évite de tomber trop haut à chaque fois. pour autant, adam se sent bien, relâché d'une tension qu'il aurait accumulé pendant une année tout au plus, à vainement déverser les sensations dans l'oubli - il a jamais vraiment oublié, peu importe l'histoire, adam en garde toujours un souvenir. un souvenir assez clair, assez net, assez puissant pour que les sourires se dessinent aisément dans son crâne, pour que vivement son coeur se pince en zieutant les vieilles séries - à bien trop de reprises, arthur fut sa muse. la première cigarette termine sous ses pieds, et sans trop broncher il prend une deuxième qu'il garde entre ses deux doigts. il tapote un peu du pied, tente de suivre le rythme qu'il ressent à travers le mur, ça tremble juste comme il faut. il hoche la tête, intéressé dans son for intérieur, il garde un petit sourire rassurant, presque d'antan. il a même envie de glousser à sa dernière tirade, mais incapable de sortir il roule simplement des prunelles.
- moi l'premier que tu préviendrais ? trop d'honneur. c'est pas comme si tu m'devais quelque chose c'la dit. il joue de la clope entre ses doigts, comme une majorette avec son bâton qui avec précision le fait rouler. il ferme les yeux quelques secondes, profite de l'air pour se remettre de ses tentatives sportives avec la jolie lucy. il se retient de bailler, l'alcool faisant son bout de chemin sur son organisme, jusqu'à l'endormir à moitié. puis il glousse adam, il fait une courbette ridicule.
- alors reeeebienv'nue arthur vargas. new-york t'embrasse à pleine bouche pour l'occasion. il en roule le r de son nom de famille avant de se redresser, ses deux jambes tiennent encore bien le choc. il remplit ses poumons du bon air avant de se remettre convenablement contre son mur. c'était comment la vie de hippie ? j'vois que t'as récupéré une sacrée masse. t'as l'air d'un lion. presque complice sur l'instant, il sort de la poche de son pantalon un briquet, s'allume la deuxième cigarette - c'en est systématique de se les enfiler, comme s'il voulait étouffer dedans. intéressé cependant il tend l'oreille, à osciller entre l'envie de l'étrangler et excuser, faire table rase de l'égoïsme dont ils ont fait preuve. alors il laisse de côté les doutes, possédé par l'instant présent. à bien y réfléchir, il s'est senti stupide, adam, et il l'est toujours.

_________________

et mes pieds se sont emmêlés,
dans les veines de ton corps courbé,
et j'me suis vautré,
sur ton joli coeur gonflé -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/146363055-adam https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/6f1wBTz0FQEMGDONnrXjfE?si=O9gvBy7YTYWrO4x_LS7HbA

Arthur Vargas

triple elvis
rumeurs : 114
venue : 10/06/2018
faceclaim + crédit(s) : matthew clavane + venus in fur
autre(s) compte(s) : freddy nollekens
dollars : 1381
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty25 / 10025 / 100Untill we bleed - adam  Empty


habitation : -
Untill we bleed - adam  Large

RP EN COURS
LOUIE | TOMMY | ADAM III

RP TERMINES :
ADAM I | MIGUEL | ADAM II


Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptyLun 2 Juil - 0:23




to the point of madness → Il décide, rapidement, de laisser ses doutes de côtés. De laisser ses souvenirs en arrière, les séances photos, les amitiés tourmentées qui se transforment en baisers enflammés, puis esseulés. Comme s'il embrassait à tout va, pour l'oublier lui. C'est sans doute ça, il allait voir ailleurs, pour voir quelqu'un d'autre.
Il se souvient pourtant clairement des sourires d'Adam, contagieux, qui lui foutent des frissons.
Le mettent à l'aise.
Il voudrait ne pas baisser sa garde, se dire qu'Adam sourit pour mieux le ramener chez lui et le poignarder dans le dos, pour mieux l'empoisonner en susurrant à son oreille
"Ca c'est pour toutes les nuits passées à pleurer, espèce de sombre connard." Pas son genre. Mais les gens changent en quatre ans. Alors il continue de le regarder, du coin de l'oeil, de sourire quand il ne peut pas s'en empêcher, et s'empêcher très fort de se souvenir des séances photos, des séances cinés, des séances resto, des séances amours, des séances au revoir. Séquence finie.
Une autre s'ouvre.
Il tire sur sa clope, le voit en prendre une. Avec ses doigts fins de photographe averti. Il l'écoute parler, avec cette voix enjouée en toutes circonstances. Il se marre, lentement, en regardant ses pompes.
" Oh si, j'crois que j'te dois des choses." Il n'évite pas le conflit, ou le passé, il est présent, autant l'inclure dans la conversation. Et puis, la comparaison avec le lion le fait profondément sourire. Ce n'est pas la première fois qu'on lui dit. Les boucles, le volume, la longueur, il accumule, il se fait mal regarder dans le métro, il s'en fout. Il tire sur sa clope et le regarde, en laissant tous ses doutes de côté. En oubliant qu'il n'e l'a retrouvé que, quelques minutes auparavant : " Qu'est-ce qui te dit que j'étais chez les hippies et que je me suis pas fait pousser les cheveux juste pour toi et ton appareil photo ?" C'est tout à fait possible, après tout.
Il était sa muse.


_________________

in the end, it's him & i → and I wanna get older. All the things I want I really shouldn't get. And your head looks good, I wanna love it so much, I wanna be the one, I wanna do what you love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.pinterest.fr/aniclas/arthur-vargas/ https://open.spotify.com/user/audijolo/playlist/1R1f1SpjBjTrXc12LIMM8Q?si=bOPEwmoiS2O3Svn2PAyAVg

Adam Ackerman

varoom !
rumeurs : 221
venue : 20/06/2018
faceclaim + crédit(s) : sprouse + fayrell la déesse.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas, tarek essam et pierrot rose. ♡
dollars : 1368
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty59 / 10059 / 100Untill we bleed - adam  Empty


métier : photographe érotique, sans vulgarité ni visions crues - seulement le sublime des actes impardonnables.
habitation : queens, un petit appartement abordable.
Untill we bleed - adam  Large

personne ne me touche, personne ne s'approche de moi. mais vous vous m'avez touchée si profondément putain je n'arrive pas à le croire et je n'arrive pas à l'être autant.

Untill we bleed - adam  CySPVi4d_o Untill we bleed - adam  Tov5HuhW_o Untill we bleed - adam  Vfh2fGWy_o



Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptyLun 2 Juil - 1:08


mauvais pas
il lui doit des années, il lui doit des excuses, il lui doit des larmes séchées sur ses joues, il lui doit une déception aussi grande que l'est la lune lorsqu'elle est entière. il lui doit. pourtant adam, trop préoccupé par sa cigarette qui se consume s'entête pas à s'y pencher, ni à trop s'y attarder. la liste serait longue - trop longue. alors il se contente de le remercier pour l'année passée en sa compagnie, pour les baisers volés dans le noir, pour les éclats de rire face au miroir. il inspire profondément, pourrait sans aucun doute s'endormir s'il le voulait, le dos vissé au mur comme un tableau de chasse placardé au-dessus du buffet. puis arthur, un peu plus propice à dégueuler des mots commence à taquiner, à chercher, à tabler sur une pente trop ardue pour qu'il ose ne serait-ce qu'y penser. sourcils qui se froncent, l'amusement se place sur sa face alors que son estomac noué n'est pas prêt à rire, ni à prendre ça comme une blague racontée autour de la table avec les proches, un dimanche après-midi en attendant l'arrivée du plat de résistance.
- ah bah oui bien sûr, et la terre est plate aussi tu vas m'dire. un poil acerbe dans la remarque, moins dans le ton qui se veut plus moqueur, presque diablotin tant il a pour but de dénouer les nerfs, défaire la glace, l'exploser avec une masse. ça paraît presque logique, les hippies. c'est des grands idéalistes, des pacifistes profonds... un peu comme toi dans l'fond. haussement d'épaules, il tire frénétiquement sur la cigarette, comme si elle seule subitement pouvait lui offrir ce dont il manque cruellement en l'état : la paix, pure et dure, dans sa plus simple forme, sans la pensée qui l'accompagne. il zieute le ciel, adam, cherche à lier les étoiles les unes avec les autres.
- tu m'dois plus rien arthur, mais moi j'te dois une cigarette.
un temps, ricanement.
- t'as eu c'que tu voulais ? pendant tout ton voyage j'veux dire. puisqu'il paraît que c'était plus fort que leur amourette.

_________________

et mes pieds se sont emmêlés,
dans les veines de ton corps courbé,
et j'me suis vautré,
sur ton joli coeur gonflé -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/146363055-adam https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/6f1wBTz0FQEMGDONnrXjfE?si=O9gvBy7YTYWrO4x_LS7HbA

Arthur Vargas

triple elvis
rumeurs : 114
venue : 10/06/2018
faceclaim + crédit(s) : matthew clavane + venus in fur
autre(s) compte(s) : freddy nollekens
dollars : 1381
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty25 / 10025 / 100Untill we bleed - adam  Empty


habitation : -
Untill we bleed - adam  Large

RP EN COURS
LOUIE | TOMMY | ADAM III

RP TERMINES :
ADAM I | MIGUEL | ADAM II


Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptyLun 2 Juil - 22:32




to the point of madness → Il se sent incroyablement bien.
Il n'a plus la musique qui vient lui crâmer les tympans, il a toujours peur d'Adam, c'est vrai, qu'il le regarde avec le même mépris, la même rage qu'il y a quatre ans. Il a toujours peur de lui. Il aurait toujours peur de lui.
Cependant, il se sent si bien à ses côtés. Ca ça n'a pas de pris, et ça perdurera encore longtemps, peut-être toujours.
Il aura toujours un faible pour Adam.
Quelqu'un lui a dit, sur la route, un jour où ils étaient tous défoncés : on ne cesse jamais d'être amoureux. On ne perd jamais ses sentiments, ils finissent toujours par surgir, revenir, reprendre place. On a toujours un
faiblesse pour quelqu'un qu'on a aimé de tout son coeur.
Il sait qu'il était complètement ailleurs, dans les étoiles, lorsqu'il a entendu ces quelques mots. C'est sans doute pour ça qu'ils sont restés gravés dans sa mémoire.
Bien sûr que si, il lui doit des choses. Il lui doit tout, de la tristesse, de l'amour, et des larmes. Mais il ne dit rien.
Un peut comme lui, c'est vrai, Adam le connait bien. Il sourit, il tire sur sa clope.
" Tu m'connais bien." Il hausse les sourcils, hoche la tête. Idéaliste, pacifiste, c'est ça. Tout à fait. Il l'écoute, entend parler d'une dette de cigarette. Il s'en fout, il n'est plus à ça prêt. Certes il aurait besoin d'un travail. Certes. Pour le moment il se concentre sur sa santé.
Il l'écoute parler, poser cette question piège. Est-ce que t'as eu ce que tu voulais, Arthur Vargas. Est-ce que t'as compris le sens de la vie, est-ce que t'as trouvé la paix intérieur, est-ce que t'as fait le tour du monde. Il se marre. Il a découvert qu'il était malade, qu'il pouvait facilement se déconnecter du monde alentour, qu'il adorait la guitare plus que la chanson, et qu'il était capable de créer des liens avec n'importe qui. Il sourit et se tourne vers lui. Il décide d'être honnête :
" Non." Il fronce les sourcils. " Je savais pas c'que je voulais. Je sais toujours pas. Je suis toujours aussi perdu." Il regarde ses pieds. Il est plus calme, plus réfléchi, mais toujours perdu. Il respire, fort. C'est surréaliste. " J'ai découvert que je nageais très mal, que j'avais pas peur en voiture, qu'il faisait chaud au Mexique, et que je haïssais la violence." Il marque un temps, en souriant à Adam. " Mais ça, j'suis sûr que tu l'as compris bien avant moi."

_________________

in the end, it's him & i → and I wanna get older. All the things I want I really shouldn't get. And your head looks good, I wanna love it so much, I wanna be the one, I wanna do what you love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.pinterest.fr/aniclas/arthur-vargas/ https://open.spotify.com/user/audijolo/playlist/1R1f1SpjBjTrXc12LIMM8Q?si=bOPEwmoiS2O3Svn2PAyAVg

Adam Ackerman

varoom !
rumeurs : 221
venue : 20/06/2018
faceclaim + crédit(s) : sprouse + fayrell la déesse.
autre(s) compte(s) : mae monroe, miguel vargas, tarek essam et pierrot rose. ♡
dollars : 1368
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty59 / 10059 / 100Untill we bleed - adam  Empty


métier : photographe érotique, sans vulgarité ni visions crues - seulement le sublime des actes impardonnables.
habitation : queens, un petit appartement abordable.
Untill we bleed - adam  Large

personne ne me touche, personne ne s'approche de moi. mais vous vous m'avez touchée si profondément putain je n'arrive pas à le croire et je n'arrive pas à l'être autant.

Untill we bleed - adam  CySPVi4d_o Untill we bleed - adam  Tov5HuhW_o Untill we bleed - adam  Vfh2fGWy_o



Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptyMar 3 Juil - 10:24


mauvais pas
tu me connais. il sait, il sait en effet, il sait totalement, il a eu le chic de comprendre comment ça fonctionnait chez arthur, comment ça se huilait, comment ça rouillait aussi. au final, à trop prendre soin de la machine, celle-ci, à peine ingrate s'est subitement vue touchée par une existence propre, par un manque certain de besoin de l'homme pour l'aider dans sa quête. elle est partie, elle est partie en ne laissant que le souvenir d'un léger grincement, en oubliant qu'elle avait dévasté tout sur son passage. maintenant que les reconstructions ont eu lieu, que progressivement tout commence à s'assembler comme il le souhaite, elle revient, elle revient et fracasse, prêt à en démordre, il ne le laisser pas entrer. pas trop rapidement. pas comme la première fois. puis les raisons de son voyage deviennent plus limpides, comme adam le savait déjà : inutile, inutile d'avoir laissé les mois précédents sur le bord de la route, inutile d'avoir gaspillé des larmes, inutile d'avoir donné un peu trop pour recevoir indéniablement moins. il tire sur la cigarette, pour qu'au moins l'information fasse bien le chemin, qu'elle n'entre pas par une oreille et ressorte par l'autre. inspiration profonde dans un désir de se déstructurer comme la fumée, ou d'au moins s'étouffer avec. lèvre inférieure pincée, il a nouveau ce rire, ce rire amer, ce rire un poil mauvais, ce rire qui n'apporte rien, ce rire qui ne veut plus évoquer qu'un malaise - qu'une rancoeur minime, douloureuse, bien que présente.
- ouais j'l'ai très bien compris ça. argument de vente pour faire passer la pauvre cabane en une maison de luxe, en un seul regard, en une phrase convaincante. elle a été la sienne, mais jamais adam ne s'est laissé avoir par cette excuse, par celle qui pouvait englober tout, n'importe quoi. incapable de compréhension, son empathie au plus bas, il se mord du bout des dents sa langue avant de baisser un peu la tête, pour trouver dans le sol un peu de refuge. tant mieux pour toi.
et tant mieux pour ça,
tant mieux pour tout,
tant mieux pour ce qui fut,
tant mieux pour ce qui est.
- tu réfléchis trop arthur. mais ça, tu l'savais déjà. qui avant son accident laissait aux gestes une plus grande importance, qui avant son accident ne se faisait pas polluer par des théories existentialistes qui n'ont pour but clair que de faire peur à l'entourage, que de donner plus de fadeur à la vie. il lui aurait bien donné la réponse à sa question s'il avait pu - il aurait bien tout inventé pour le garder un peu plus.

_________________

et mes pieds se sont emmêlés,
dans les veines de ton corps courbé,
et j'me suis vautré,
sur ton joli coeur gonflé -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/146363055-adam https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/6f1wBTz0FQEMGDONnrXjfE?si=O9gvBy7YTYWrO4x_LS7HbA

Arthur Vargas

triple elvis
rumeurs : 114
venue : 10/06/2018
faceclaim + crédit(s) : matthew clavane + venus in fur
autre(s) compte(s) : freddy nollekens
dollars : 1381
réputation :
Untill we bleed - adam  Empty25 / 10025 / 100Untill we bleed - adam  Empty


habitation : -
Untill we bleed - adam  Large

RP EN COURS
LOUIE | TOMMY | ADAM III

RP TERMINES :
ADAM I | MIGUEL | ADAM II


Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  EmptyMer 4 Juil - 23:18




to the point of madness → Oui, il le connait.
Ils se sont connus il y a maintenant six ans. Ils ont passé un an à être ami, parfois à frôler la déraison, et finalement au bout d'un an, ils ont craqué.
Ils sont tombés fous amoureux.
De toute sa vie, Arthur n'a jamais été aussi amoureux que quand il a côtoyé autant Adam. Il ne sait plus vraiment ce que ça fait, que de penser tout le temps à une personne, que de vouloir passer son temps entier avec elle. Arthur a vraiment aimé Adam, dans un souvenir qui n'est même pas si lointain. Alors quand il le regarde, il éprouve toujours une affection immense pour lui. Evidemment qu'Adam le connait sur le bout des doigts, évidemment qu'il savait tout ça, depuis bien longtemps. Qu'Arthur est parti parce qu'il haïssait la violence plus que tout, parce qu'il était incapable de vivre ce genre de vie, à New-York.
Peut-être qu'Adam aurait pu l'aider, à surmonter tout cela, à passer le cap de vivre dans la pire ville du monde, de surmonter sa haine sourde.
Et il écoute son rire, un peu mauvais, franchement triste, braver le froid.
Ce rire là, il le connait, il ne l'aime pas.
De nouveau, son coeur tambourine à sa poitrine, et il serre les dents au fond de sa mâchoire, en poussant un long soupir.
Il est mauvais, il ne lui veut aucun bien, ce rire, ces quelques paroles.
Il a la sensation d'avoir perdu Adam... D'avoir cassé quelques choses.
D'avoir cassé quelque chose, c'est bien le moment de se poser la question, bravo Arthur, si tu voulais l'aider, fallait pas partir dans un premier temps.
Il le regarde.
Il répond doucement, avec un léger sourire :
" Je pense au contraire que j'réfléchis pas assez. " Il tire sur sa clope, elle finit à terre. Il passe une main dans sa nuque. Il a mal au crâne, très mal au crâne. " J'devrais te laisser." Reprend ta vie, reprend Lucy, retourne danser, comme à une autre époque. Il ajoute simplement :" Si tu veux qu'on se revoit, je suis chez mon père, t'as toujours son numéro j'imagine." Il le regarde. Il se met devant lui, sans trop savoir pourquoi.
Tout son coeur, soudainement, donne une impulsion, un courant électrique, un regard, pour qu'il vienne l'embrasser.
Son corps résiste, ne bouge pas, figé devant lui, sans rien attendre de toute manière. Et il sourit simplement.
" Danse bien. "
Retourne à ta vie, il retourne à la sienne.
Et il tourne les talons.


_________________

in the end, it's him & i → and I wanna get older. All the things I want I really shouldn't get. And your head looks good, I wanna love it so much, I wanna be the one, I wanna do what you love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.pinterest.fr/aniclas/arthur-vargas/ https://open.spotify.com/user/audijolo/playlist/1R1f1SpjBjTrXc12LIMM8Q?si=bOPEwmoiS2O3Svn2PAyAVg
Contenu sponsorisé



Untill we bleed - adam  Empty
MessageSujet: Re: Untill we bleed - adam    Untill we bleed - adam  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Untill we bleed - adam
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier Adam Hughes
» [Nothomb, Amélie] Ni d'Eve ni d'Adam
» Over Bleed de PARK Jungki
» DES VENTS CONTRAIRES d'Olivier Adam
» Adam et Ève.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ la fabrique :: le temps de l'amour :: archives :: rps-
Sauter vers: