AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
forum fermé mais toujours ouvert pour ceux qui veulent lire.
merci pour cette aventure, merci pour vous, merci pour votre imaginaire et pour tout ce que vous nous avez donné. I love you

Partagez
 

 corps-frontière → césar

Aller en bas 
AuteurMessage

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyVen 22 Juin - 21:38


corps-frontière
corset serré qui souligne sa taille factice, mae s'avance, mae déambule, mae se remémore l'adresse vivement en évitant de se perdre dans le sein de brooklyn - les idées plein la tête et l'amusement presque enfantin qui vient doucement trahir son visage généralement de cire. un sourire s'étire sur ses pulpes rosées - elle a opté cette fois-ci pour quelque chose de plus monochrome, qui tape beaucoup moins dans la rétine qu'à la fabrique. sans choix. sans possibilités, elle doit mentir pour se faufiler, passer inaperçue dans des vêtements parfois amples pour cacher son manque de poitrine. rapidement elle revoit en image la bavure, la potentielle glissade vers ce qui aurait pu peut-être créer comme un coup dans le ventre, un uppercut de la taille d'une roche - qui aurait changé, sans doute, une perception quelconque. celle d'un tombeur, celle d'un casanova de ces dames qui après quelques verres, se trouve autant en position de chanter des sérénades que sans. elle s'en amuse - elle en rit un peu. césar, d'une agréable compagnie chez qui elle veut pousser le vice. laisser sur son passage - quelque part dans la mémoire, une brisure qui laissera du bon comme du mauvais. inspiration profonde, elle entre dans l'immeuble sans trop d'encombres, se perd dans l'ascenseur, cherche le chiffre sur la porte. elle jubile sans doute, mae, de se dire qu'elle a pu provoquer un tant soit peu de trouble - une véritable noyade dans des eaux pétroles qui même en sortant des vagues, continuerait de laisser sur les yeux une voile noire. elle s'arrête - commence à se poser des questions, le coeur pourtant ne se serre pas, elle n'est pas en état mae de prendre le chemin inverse, de se laisser dicter par des dogmes, des règles qui intiment au juste - et réfutent l'injuste. même en dehors de l'antre warhol mae, elle reste ce qu'elle imagine.
elle attend que ça s'ouvre, elle sourit en voyant l'hôte - sourcils qui se haussent, ses pupilles brillent d'une lueur jouée. pour autant sa joie est présente, doté de paroles brutes, césar sait comment attraper un auditoire, faire naître la surprise ou au contraire le complet désarroi - dieu que leur première conversation fut ponctuée d'yeux ronds comme des billes. d'un côté comme de l'autre.
- que de mystères. tu as su travailler ta sortie, j'applaudirais presque ton talent. ni croisé, ni vu depuis la veille, elle laisse planer un air taquin sur son visage de harpie.

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Invité


Invité

corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptySam 23 Juin - 14:47


corps-frontière
gentleman, l'un des rôles qui te va à merveille, l'un de ceux que tu joues à la perfection. celui dans lequel tu t'es glissé ce soir en te regardant dans le miroir, pantalon sombre, chemise blanche , manche remontée au milieu de tes avant bras. tu t'observes avec minutie, tu n'as rien laissé au hasard. tu ne laisses jamais rien au hasard. l'invitation tu l'as lancé sans attendre de réponse, peut-être te retrouveras-tu seul, verre de whisky pour seul compagnie. peut-être qu'elle se pointera en retard et que l'alcool aura déjà eu raison de toi, transformant l'acteur de telenovelas en zombie bon pour un film de série B. tu commences les hostilités, laissant couler le liquide brun dans un verre en cristal, tu n'as le temps d'avaler qu'une gorgée quand elle frappe à la porte.
un sourire se dessine sur tes lèvres lorsque tu ouvres, tu observes l'invité de haut en bas, étudiant sa tenue, de ses talons à son haut choisi avec soin, pour finalement t'arrêter sur ses yeux parfaitement maquillés.
un rire t'échappe à sa remarque, et tu l'invites à entrer d'un mouvement de menton.
- j'aime marquer les esprits.
que tu lâches avant de fermer la porte derrière elle. tu examines ton loft en même temps qu'elle. l'endroit est à ton image, des babioles chinés à droite à gauche, s'accordant à merveille au mobilier agencé en un désordre impeccable.
- quelque chose à boire ?
question rhétorique, tu avances dans ton antre, sur le meuble qui te sert de bar trône déjà une bouteille de vin rouge et deux verres à pieds. mais c'est vers le whisky que tu te tournes, en servant un deuxième verre que tu lui tends.
- on m'a toujours dit que ce n'était pas un alcool de femme. mais toutes celles qui viennent ici ne jure que par ça. lances-tu amusé. je ne pensais pas que tu serais là. avoues-tu un sourire en coin, tout en t'asseyant sur l'accoudoir du canapé.
le déni, la définition même de ce qui se trame dans ton cerveau. le déni qui se dessine un peu plus de place à chaque nouvelle gorgée, à chaque fois que tes yeux clairs se posent sur elle, et que ton regard s'empli de sous-entendu. ce soir, et comme à chaque fois que tu te retrouves en présence de mae, tu laisses la réalité à la porte.
Revenir en haut Aller en bas

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyDim 24 Juin - 19:00


corps-frontière
sortir le grand jeu, faire éclater le feu - se prendre pour ce qui n'est pas, pour ce qui ne vaut pas. et en voyant tout ça mae, elle aurait presque la sensation de se sentir à ces réunions bourgeoises où chacun se rit au visage, en se racontant leurs exploits dans l'année, époux et épouses se trompant sans vergogne aucune - puisque tout est bien plus vert à côté. lèvre inférieure qui se mordille par habitude, elle zieute avec attention l'intérieur plus qu'impersonnel - manque de bordel, manque de couleurs vermeilles qui ravivent les sens. pourtant peu étonnée, la surface à la fois propre et charmante correspond à l'hôte - qui d'ores et déjà sort de ses poches un verre de whisky qui n'est pas pour lui déplaire. elle prend le verre, se permet une première gorgée - loin d'être farouche la bête, elle se laisse tirer dessus sans broncher. cils qui papillonnent, semblables à ceux d'une biche, elle s'assoit à son tour sur le canapé, jambes qui se croisent, elle remet correctement le tombant de sa robe pour qu'elle s'y épouse à perfection. elle tourne sa tête - césar fier de la voir débarquer dans ce huis-clos loin des artistes débraillés.
- beaucoup de femmes sont fausses, ne l'a-tu jamais remarqué ? sous-entendu qui le ramène indéfiniment toujours à elle, elle refait claquer la sonnette d'alarme sans pour autant se trouver à la base du mouvement. elle se contente seulement d'essayer, de ne pas se retrouver face à un hoquet de surprise qui pourrait se solder par un malaise des plus étonnants. et oui, me voici. j'imagine que sans prendre de risque, la vie ne serait pas ce qu'elle est. du tout fait, du tout cuit, du rabiboché qui se murmure dans les films romantiques à l'issue qui se reconnaît de mieux en mieux. énième gorgée, elle s'acoquine des clichés pour se transformer en elle-même en un monstre de société. connasse de mae.
- j'ai pour être honnête, du mal à croire que je suis. elle reprend une gorgée. il faut dire qu'à notre première rencontre, tu n'étais pas du tout tenté par cette éventualité. rictus de charogne qui se pointe. qu'est-ce qui t'a fait changer d'avis ?

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Invité


Invité

corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyDim 24 Juin - 21:31


corps-frontière
elle prend place, et tu te tournes automatiquement vers elle. verre vissé entre les doigts, tu bois une gorgée alors que les mots commencent à s'échapper d'entre ses lèvres. des paroles qui sonnent comme un rappel à l'ordre, certaines femmes sont fausses. surtout elle. certaines femmes se font passer pour ce qu'elles ne sont pas. et dans le cas présent, assis sur ton canapé, les jambes croisées, c'est un homme qui parvient à semer le doute dans ton esprit
- j'avais remarqué, oui. mais dans un sens, nous jouons tous un rôle.
toi le premier. et elle continue, tu ne la coupes pas, tu souris entre deux gorgées. c'est votre première rencontre qu'elle décide de remettre au premier plan. tu lèves les yeux au ciel, tu termines ton verre -déjà- avant de te lever pour t'en servir un autre, ramenant avec toi la bouteille que tu fais claquer sur la table basse. tu te glisses juste à côté d'elle, les souvenirs ressurgissent au même rythme que tes yeux clairs glissent sur elle. la surprise c'est ce qui qualifierait au mieux cette rencontre, le corps d'une femme sur lequel vous avez lorgné de longues secondes avant de vous laisser surprendre par une voix trop masculine. la sobriété mise au placard, les réactions ne se sont pas fait attendre, et le con arrogant qui habite ton corps soixante dix pourcent du temps s'en était donné à coeur joie. tu secoues la tête de gauche à droite, tu ricannes.
- le risque. c'est sans doute ce qui m'a fait changé d'avis. sourire en coin. le risque pour ne pas répondre, le déni, l'envie, pour ne pas vendre ton état d'esprit. le besoin de toujours terminer ce que je commence.
ajoutes-tu alors que tu attrapes une cigarette, tu l'allumes et la laisse se consumer un instant avant de tirer longuement dessus. tu n'as pas réussis à la quitter des yeux, tu n'as pas réussis à te tenir éloigné d'elle.
Revenir en haut Aller en bas

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyLun 25 Juin - 20:29


corps-frontière
pure provocation de souffler le risque à l'oreille d'une infamie. pure erreur sans doute que de la conforter dans son lieu de prédilection qui prend racine dans une séduction - une terreur qui une fois révélée peut offrir frissons et dégoût sur le visage du trompé. le sourire s'étire sur son visage alors qu'elle entend, qu'elle comprend tout ce qu'il dit - pour autant elle ne peut se résoudre à croire qu'il ait réellement conscience de ce qu'il fait, de comment il le fait et surtout pourquoi. énième gorgée qui vient frôler ses papilles, elle pousse un petit soupir d'aise mae, sa guibole qui bouge un peu dans le vide, mimant un petit rythme irrégulier, improvisé. puis elle se penche, du bout des doigts attrape la cigarette et tire dessus - elle y laisse une trace de rouge à lèvres au passage, une belle couleur qui au moins ne mourra pas consumée, seulement écrasée au fond du cendrier.
- parce que tu as commencé quelque chose ? coup d'oeil entendu qui lui arrache un petit rire en coin de lippes, elle reprend une taffe avant de lui redonner le bâton de cancer à qui elle doit des kilos perdus - faute de parfois manger, mae n'oublie jamais de s'intoxiquer. elle se penche vers l'avant, pose le verre sur la table basse. toujours droite, elle fronce les sourcils. si tu as le goût du risque, tu as de quoi être servi. haussement d'épaules, elle a les mains posées sur ses jambes mae, elle fait jolie  bibelot qui présente sans trop forcer, son produit à vendre - elle tout entier. elle se retourne un peu, veut faire face à l'autre qui dévore un peu - sans trop vouloir comprendre qu'à l'intérieur il n'y a rien de plus que le gabarit qu'il perçoit au petit matin.
- j'avoue avoir peur de te décevoir, césar, et de ne plus jamais revoir ton joli minois avant une décennie au moins. comme ça, il risquerait de partir, comme ça il risquerait de simplement fuir - ce ne serait pas la première fois pour autant. mae inspire, elle expire, prête à accuser le coup, à perdre une compagnie agréable au passage, ses doigts pianotent doucement alors que sa tête penche sur le côté.

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Invité


Invité

corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyMar 26 Juin - 15:38


corps-frontière
tu ne sais pas ce que tu as commencé. tu n'en es pas totalement certain. une séduction biaisée, un jeu dangereux parce qu'il est complétement faussé. ton cerveau ne veut pas faire la différence entre la réalité et ce qu'il a envie de croire. l'homme accepte de se laisser piéger. la cigarette t'es subtilisée, tu te concentres sur le whisky que tu fais tourner dans le fond du verre avant d'en boire une énième gorgée. elle même te questionne, et c'est ton rire qui répond en écho au sien. un ricanement un peu gêné. tu récupères ta cigarette, dépose ton verre sur la table basse et te laisses retomber en arrière sur le canapé. tu observes son manège, chacune de ses postures travaillées, et un sourire râvi fend ta gueule d'ange à chaque fois qu'elle prononce quelques mots. c'est à sa dernière tirade que tu te redresses, tu écrases le mégot teinté de rouge dans le cendrier encore vide.
- une décénnie ?
elle te flatte, parce que mae n'a pas d'attache, tout le monde le sait. alors ton visage, si tu venais à disparaitre, ne serait qu'un parmi des centaines ayant croisé sa route. un rire t'échappe, et ton corps se rapproche instinctivement du siens.
- je ne pense pas avoir autant d'importance à tes yeux, pour que tu te préoccupes de ma pseudo-prise de conscience. continues-tu alors que tes doigts s'égarent jusqu'à son genoux, frôlant les pans de sa robe. je suis inconscient, sans doute, qu'est-ce que ça peut bien faire ? c'est murmure qui s'échappe d'entre tes lèvres. césar st clair marche à l'instinct. tu réfléchis peu, pour ne pas dire jamais. les conséquences ne sont qu'un flou artistique au sein de tes neurones. ton regard se pose sur ses lèvres, un sourire en coin te prend et tu soupires doucement.
- j'ai l'impression d'être un ado coincé.
et tu ris alors que tu récupères ton verre pour le finir d'une traite.
Revenir en haut Aller en bas

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyMer 27 Juin - 15:39


corps-frontière
mae passe à autre chose, mae papillonne et jamais ne s'accroche réellement aux quelques yeux qui se perdent sur ses courbes. mae s'évertue à faire tomber à ses pieds, plus que elle ne se met à plier les genoux. mae est forte, mae se veut guerrière - alors que tout n'est que mise en scène, que dialogues répétés devant une glace avant l'entrée sur les planches. mae étudie, mae songe aux façons dont elle pourra bouger avant même de sortir de sa loge - même sa respiration n'est qu'une grande supercherie. elle sourit, laisse ses prunelles se perdre lorsque sur sa peau se dessine une chaleur autre que la sienne - une main qui s'y pose, celle de césar qui se met à jouer un peu avec son vêtement, qui tente une première approche avant qu'elle ne s'évapore. elle roule des yeux à l'entente de tout ce qui s'échappe des lèvres de l'autre.
- inconscient... un adolescent inconscient. hochement de tête pour approuver sa parole, elle regarde encore les doigts, elle s'y attarde même un peu plus qu'elle ne le voudrait - analyse, compare toutes les mains qui se sont perdues sur cette jambe, puis sur l'autre. certaines plus douces, d'autres plus travailleuses, certaines même trop lisses pour s'acoquiner à de telles divagations. rien n'empêche cela dit que tu crois en cette importance, ne serait-ce qu'un peu. puisqu'elle le sait mae, tout se forge dans l'imaginaire, dans des croyances et des chimères, dans des mensonges tendres qui animent chacun de ses membres. ses doigts manucurés descendent, se posent sur ceux de césar, pianotent un peu dessus.
- et comment fais-tu avec toutes celles qui ont passé le pas de ta porte ? tu es aussi souvent perdu, coincé, inconscient ? elle remue le couteau dans la plaie mae, elle veut se sentir unique, elle veut se sentir divine sous chacun des gestes qui se tourne vers elle. elle joue, surjoue, elle cherche - elle creuse pour déblayer les cadavres et rire avec condescendance en les voyant. elle louche un peu sur la bouche - finement tracée, presque trop bien soulignée pour être souillée par un alcool qu'il soit ou non bon marché. elle le jure, les hommes auront sa peau.

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Invité


Invité

corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyMer 27 Juin - 22:36


corps-frontière
un adolescent inconscient. ce sont les bons mots. c'est ce qui t'a toujours qualifié au mieux. et tu ne fais rien pour que les choses changent, en permanence toutes les choses que tu entreprends c'est à la légère. sans préoccupation aucune. mis à part ce soir. tu n'oses pas, tu restes sur la réserve sans pour autant être sur tes gardes. le prédateur s'est adouci. tes gestes sont incertains autant que l'importance que tu portes à ses mots. incapable de la croire, mais ce n'est pas ce qu'on te demande n'est-ce pas ? ce sont ses doigts qui attirent ton attention, les ongles peints qui s'accrochent aux tiens. et elle ne cesse de parler, de te pousser dans tes retranchements. c'est toi qui est au premier plan, ce sont tes failles qu'elle met en avant. te met au même rang que tout ces mecs peu sûr d'eux- c'est le cas, ce soir, juste ce soir. le rire qui s'échappe d'entre tes lèvres est nerveux. le sourire que tu arbores est crispé, et toi qui a pour habitude te réfugier dans la morsure de l'alcool, ce sont ses yeux que tu accroches. sourcils froncés alors que ta main se serre légèrement contre sa cuisse.
- je parle moins.
que tu lâches d'un ton sérieux. tu ne parles pas, presque pas. elles sont rares les simples amies qui ont passé cette porte, inéxistantes à vrai dire. celles qui se retrouvent ici, à sa place, savent pertinament comment se terminera leur soirée.
- je ne réfléchis pas. mais ... ses lèvres en premier plan, ses lèvres déjà frôlées, déjà rêvées. tu jettes aux oubliettes ce qu'il te reste de conscience, tu écrases avec force les convictions qui t'habitent pour y goûter. au fruit défendu. à cette bouche de femme qui n'en est pas une. tu l'embrasses avec avidité, le souffle un peu trop court, le coeur un peu trop serré et ta main qui remonte sur sa taille pour la garder toujours plus proche de toi.
Revenir en haut Aller en bas

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyJeu 28 Juin - 16:57


corps-frontière
presque caricaturale, la discussion n'a de naturelle que le ciel à l'extérieur. tout se veut factice, de ses cheveux jusqu'à la cigarette, de l'alcool dans le verre jusqu'aux questionnements qui demandent à la fois profonde réflexion comme un oubli certain. contresens, non-sens, attente d'un geste plus fort encore qui saurait faire basculer indéniablement sa pensée linéaire qui ne verra jamais césar autrement - et pourtant, quand ça percute, quand ça bouscule sur sa bouche comme un éclair, ça fait frémir sa peau l'espace d'une seconde ou de deux, assez pour que  s'éveillent ses muscles endormis. mae elle a pour but de collectionner les lèvres et les baisers, elle les affiche sur son propre mur, en les classant du plus divin au plus incertain - des plus agréables bouches aux plus classiques. mae elle est l'être qui veut faire dans l'appât et avaler à la fois - sorte d'insecte infecte qui arrache des têtes pour contenter son amour propre. paupières closes, elle y répond par habitude - par une certaine envie, avec la fierté dans son thorax qui éclate en morceaux, déchire sa peau petit à petit avec un plaisir qu'elle ne peine pas à dissimuler. elle s'accroche un peu, doigts qui se glissent sur la mâchoire de l'autre, accepter l'idée que c'est ce qu'il voulait quelque part - que son illusion a pu marcher jusqu'à ce que lui aussi, s'y plonge à en perdre haleine.

ça dure, dure un temps - bout d'éternité qui se faufile à chaque embrassade totalement improvisée, joues qui se teintent sous la chaleur elle y met un terme, regarde attentivement. des traces du rouge à lèvres se sont glissées sur le visage de l'autre, en elle en rit vaguement, le dégage avec le pouce, sourcils froncés, visage proche de l'autre.
- tu serais ma foi une belle femme si tu le voulais. clin d'oeil qui se rajoute à la suite de sa parole soufflée sans réelle importance, seulement pour la taquinerie qui vaut ce qu'elle vaut, un soupir lui échappe alors que les doigts s'attardent, redessinent la forme de la mâchoire. une sorte de tendresse vient s'abattre sur ses épaules, elle sourit. reste avec les vraies jolies filles, césar. elles t'attireront bien moins de problèmes. celles qui se pavanent avec leurs jambes longues jusqu'aux étoiles, celles qui rient aux éclats à en faire exploser des verres, celles qui se pomponnent les joues avant de sortir, celles qui se tortillent les cheveux pour se donner des airs ingénus.
- cesse de tenter le diable, tu y perdrais lourdement au change. et elle se défait peu à peu mae, elle se redresse peu à peu mae, presque trop lente pour être véritable, pour être personnage de chair et de sang. une fois le mal fait, mae s'efface pour laisser place aux regrets - une fois le mal fait, mae préfère laisser place au doute. le doute elle lui laisse, elle lui offre - avant qu'il ne se noie dans ses verres, en se répétant jusqu'à sa mort quelle erreur ce fut que d'avoir dans son lit une supercherie, un homme à qui une robe sied mieux qu'un costume.

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Invité


Invité

corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyVen 29 Juin - 21:44


corps-frontière
tu te laisse happer par une envie démesurée. sans doute le seul moyen pour que tu cesses toute réflexion. ce sont tes gestes qui parlent à ta place, ta main sur sa taille, tes lèvres qui apprivoisent les siennes et se font plus voraces quand elle répond au baiser, quand ses doigts glissent le long de ta mâchoire. le cerveau éteint, tu t'enfermes, tu vous enfermes dans une bulle vouée à exploser. tu t'accroches à l'instant, tu t'accroches à elle, et t'as le souffle trop court quand elle y met un terme. ça te laisse un gout de reviens-y sur le bout de la langue, ça te fait froncer doucement les sourcils. vos visages toujours aussi proches, tu souris à sa remarque alors que tu sens les empreintes de maquillage sur ta peau. elle les efface d'un geste expert, et tu voudrais la faire taire. ce n'est pas à elle de penser pour toi, d'imaginer pour toi. mais c'est bien entendu à sa protection qu'elle doit penser avant tout, à réveiller l'homme de son coma. le déni s'est logé dans tes neurones, envoyant à chacun d'entre eux un signal erroné. pourtant, tu le sais, tu le sens sous tes doigts, contre ta peau que ce n'est pas une femme comme les autres. qu'un autre habite cette oeuvre que tu admires tant. la supercherie est belle et bien là, mais tu la balayes, tu n'y penses pas.
elle s'éloigne pour de bon. et tu grognerais presque de la savoir si loin. tu restes sur ta faim, ce n'est pas dans tes habitudes. césar st clair arrive toujours à ses fins, mais plus important encore, ce soir tu en as envie plus que jamais. comme un test ultime sur ta personne, ou une envie bien réelle. pas un simple caprice. tu soupires en te laissant retomber dans le canapé, une main derrière la nuque alors que tu ne la quittes pas des yeux.
- les vraies jolies filles, hm ?
tu fouilles dans ta poche, allume une nouvelle cigarette, pour t’imprégner d'une autre odeur que la sienne.
- il me semble que c'est toi que j'ai fais venir ce soir. tu souffles la fumée doucement dans sa direction. je ne manque pas de vraies jolie fille comme tu dis et je t'assure que des ennuis elles m'en apportent.
tu l'observes, longuement. tes yeux se perdant dans les siens, une seconde, deux, même trois. et tu ajoutes.
- je pense être à même de savoir si je suis perdant ou non. nouvelles taffes, tu souris. je ne savais pas que l'on devait négocier. peut-être que, je ne suis simplement pas à ton goût. tu ricanes maintenant. peu habitué à ce que les choses se passent de cette façon.
Revenir en haut Aller en bas

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyVen 29 Juin - 22:19


corps-frontière
juste après vient la colère, en un éclair elle pourfend l'appartement, en une seule détonation elle la fait s'arrêter dans son geste d'adieu murmuré. juste, figé, elle laisse encore son éternel sourire s'attarder sur son visage, une énième moquerie au monde, un attendrissement véritable sans doute. elle inspire profondément, l'écoute faire à la fois l'homme et l'enfant, qui sûr de ses choix ne veut la laisser partir, sans pour autant férocement agir. affalé contre le canapé, césar se remet à fumer, crache les volutes jusqu'à tout embrumer. elle hésite mae, à se tailler comme un mauvais rêve dont on se réveillerait. elle hésite mae, à simplement abandonner pour ne pas trop brusquer - elle réfléchit, quelques secondes seulement, fait le tri dans ce qui pourrait être le mieux. elle pousse un soupir, la tête qui tombe vaguement en arrière, les yeux qui se perdent sur le plafond lisse - aucune craquelure qui lui raconte monts et merveilles.
- tous les hommes sont à mon goût césar. les épaules se haussent avec nonchalance, presque trop lentement pour être vrais. elle revient lentement, fait claquer les talons, en attente de plus de paroles - elle fait durer mae, elle n'est jamais difficile, seulement méfiante. alors elle se penche, face à lui. je ne veux simplement aucun regret, n'entendre aucun son, aucun mot qui s'y rapprocherait. pure mise en garde, prête à en sortir les dents pour paraître effrayante. une main passe dans son dos, elle attrape la tirette, la défait peu à peu, le tissu se détache légèrement  de sa peau, ne laisse entrevoir aucune poitrine, un début de serre-taille brise-côtes, qu'un torse plat - elle n'enlève pas la robe pour autant mae, ne fait que simplement lui imposer une réalité.
- perdant ou non ?

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Invité


Invité

corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyVen 29 Juin - 23:41


corps-frontière
tu la laisses revenir. ses talons claquent sur le sol, et ton sourire ne fait que s'élargir. tout les hommes sont à son goût, et toutes les femmes au tiens. vous êtes tout deux des collectionneurs, vous enchaînez les conquêtes pour les punaiser vulgairement contre un mur. elle se penche vers toi, prononce des mots qui sont une réelle mise en garde. ce sont les regrets qui l'inquiète, tes regrets, toi l'homme à femme sur le point de franchir le grand canyon. tu opines alors que tu mimes une fermeture éclaire le long de ta bouche, sourire en coin. tu tires sur ta cigarette sans la lâcher des yeux, ne jamais faillir quand sa main passe dans son dos pour défaire légèrement sa robe. une chaleur étrange s'empare de ton corps, lorsque la peau d'une épaule apparaît. tu laisses la fumée s'échapper d'entre ses lèvres et tu observes, tu admires même. pourtant tes yeux ne découvrent pas une poitrine généreuse, mais bien un torse enfermé dans ce qui te semble être un corset.
la réalité. la voilà la réalité.
et tu ne dis rien.
tu te contentes de tirer sur ta cigarette quand elle ouvre, encore, la bouche.
perdant, ou non ?
tu écrases la cigarette dans le cendrier.
l'heure n'est pas aux questions. et c'est ce que tu lui fais comprendre quand tu attrapes son poignet pour la tirer contre toi, la forçant à s'asseoir à califourchon sur toi. c'est à ton tour de redessiner sa mâchoire du bout des doigts, un sourire s'affiche sur ton visage.
- tu poses vraiment, trop de questions.
que tu murmures contre ses lèvres, juste avant de l'embrasser une nouvelle fois. avec plus d'avidité que la fois précédente, comme pour la rassurer. non, tu ne regrettes pas. peut-être que tu regretteras mais tu as toujours été bon menteur. tu laisses ta main s'égarer sur la peau découverte, tu prends plaisir à dessiner des traits que tu ne connais pas. et quand bien même tu reprendrais conscience des choses ce ne sera surement pas ce soir, surement pas maintenant. le souffle court de nouveau, respiration saccadée alors que tu prends les devants et t'attaque à ce qui reste de la fermeture du vêtement. tu veux qu'il disparaisse. tu veux te laisser consumer par l'instant, sans retour en arrière possible.
Revenir en haut Aller en bas

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyDim 1 Juil - 13:16


corps-frontière
mae, mae, elle a l'esprit relâché. mae, mae elle est comme possédée quand on lui donne le droit de jouer au démon des nuits trop longues. mae, mae elle a comme un frisson qui passe de sa tête jusqu'à ses jambes. il y a comme un désir qui se dessine, qui dépasse plus encore le bon sens, la vraisemblance qui vise à mettre dans une case d'ici ou de là. il abandonne césar, il a sans doute déjà abandonné depuis le début de la soirée, ayant pour simple but de la faire flancher, sans trop se forcer à son tour. elle se laisse avoir avec plaisir, prenant chaque geste comme il vient en une décharge dans ses muscles qui tressaillent sous la robe qui peu à peu en dévoile - laisse un peu plus l'envers du décor se montrer face au spectateur à la fois surpris et déçu de ce qui se cache derrière les fins spectaculaires de sa pièce de théâtre. elle a le soupir qui claque au bord de ses lippes, sorte de mélodie chaleureuse qui fait creuser son ventre - elle aime se faire désirer mae, comme n'importe quelle femme qui veut faire tourner les têtes à en avoir toute une tripotée autour d'elle. égoïste à outrance, elle laisse aller ses mains aux boutons de la chemise, elle réclame les baisers comme avide, enfin détachée des dogmes imposées, celles de se tenir droite, de ne jamais trop en demander. elle quémande, loin de la supplique cependant, ses nerfs s'entrechoquent peu à peu, au rythme des tissus qui se retirent.
et mae, mae, elle se relève peu à peu,
fait danser ses talons peu à peu, qui rejoignent le parquet sans rien dedans,
pieds nus elle abandonne sa robe qui s'effondre, glisse le long de ses jambes. elle en sort. elle se laisse regarder quelques secondes avant de deviner une chambre - porte ouverte sur le lieu du crime. de ses doigts glissés sur le col de la chemise, elle emmène césar sans regret - regret qu'elle ne veut entendre, regret qu'elle ne veut savoir, puisque mae n'est pas un regret, mae n'est pas une infamie, mae est une nostalgie singulière dans le fond de la gorge. elle retire la chemise, elle retire le tout, elle sent ses joues chauffer sous le besoin d'exister - plus qu'allen encore, elle veut être mae, avec de vrais cheveux blonds presque blancs, avec sa bouche pulpeuse toujours colorée, avec un rire cristallin qui ricoche contre les verres. mae y croit, mae ce soir se surprend à encore être plus femme qu'elle ne le sera jamais. ongles qui glissent dans la courbure du dos, la chaleur d'une peau - et le dos qui se cambre, et la lèvre inférieure qui se bouffe, les doigts qui se resserrent un peu dans les cheveux. elle prend feu mae.
elle s'immole, à chaque fois,
elle devient poussière, à chaque fois,
elle s'adonne à la petite mort - à chaque fois.

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Invité


Invité

corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyDim 1 Juil - 14:00


corps-frontière
c'est le moment qui s'empare de toi.
s'empare de vous.
tu ne penses plus à rien, si ce n'est à cette excitation grimpante.
tu laisses ses doigts détacher les boutons de ta chemises. et ce que tu recherches c'est le contacte quasi permanent. elle se redresse, et tu deviens spectateur. les secondes sont longues quand elle se sépare de sa robe, mais ton sourire jamais ne s'efface. ton corps qui en demande plus, qui se lève d'instinct quand elle te traîne jusqu'à ta chambre.
rapidement, mais jamais assez vite, les vêtements disparaissent et les draps se froissent.
tu dévores ses lèvres.
tu goûtes sa peau, chaque millimètres.
tu oublis qu'elle n'a rien des autres femmes.
tu te laisses avoir avec joie.
par ses ongles qui laissent des marques dans ton dos.
par son corps qui se cambre sous tes mouvements.
ses gémissements qui se mêlent aux tiens.
quand tu te redresses ce n'est que pour mieux observer la scène.
le spectacle qui efface les questions, noie les regrets et désinhibe ton corps.
t'as le souffle qui se fait trop court, et ce sont tes lèvres scellées aux siennes quand tu t'abandonnes totalement.
le temps s'est figé, les minutes s'écoulent, peut-être même les heures alors que tes mains se serrent autour de son corps. les respirations parlent à votre place, se calment et la nuit vous enveloppe presque au ralentit.
tu n'es pas certain d'avoir fermé l’œil quand les premiers rayons du soleil percent à travers la fenêtre.
elle par contre, s'est endormie.
tu te redresses sur un coude, observateur.
des cheveux courts, un maquillage esquinté.
tes doigts s'égare dans la chevelure, jusqu'à que les paupières s'ouvrent doucement.
t'as le sourire de tes meilleurs films. de tes meilleures scènes. et la question tranche l'air.
- c'est quoi ton nom ?
le vrai.



Revenir en haut Aller en bas

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyDim 1 Juil - 22:05


corps-frontière
elle rêve pas mae. seulement un trou noir dans lequel elle s'est jeté, avalant les heures si bien qu'elle n'a jamais la sensation de totalement dormir. mae elle a le corps relâché, les muscles ont fondus sur ses os, posée sur le ventre, le maquillage un peu flingué, la perruque au sol et les vêtements qui s'y joignent. elle a la tête qui tourne un peu, qui vogue sur d'autres flots, toute sa carcasse qui s'échauffe peu à peu alors qu'elle sent les rayons matinaux du soleil venir caresser sa peau - la fenêtre n'est pas ouverte, mais tout traverse, illumine même la poussière. inspiration profonde, paupières qui s'ouvrent péniblement dans un vague soupir de mécontentement - elle qui pourtant a l'habitude de fuir dès l'aube, pour ne donner d'elle qu'un fantôme fantasmé. petit à petit elle remet les évènements dans le sens, elle remet le visage aussi tout sourire à côté d'elle, elle remet les nuances colorées qui sont venues alimenter ses rires - agréable soirée, terminée dans un feu d'artifice, qui dans son esprit embrouillé fut loin d'être désagréable. elle inspire profondément, papillonne des cils alors que la question vient lui mettre une gifle du diable, de quoi la réveiller trop brusquement. elle attend un moment, mae, allen qui fait la gueulante dans sa tête, qui laisse planer un genre de sourire crispé, sans trop comprendre où il veut en venir césar - oh il sait, elle sait aussi. elle sent les doigts dans ses cheveux, ses vrais cheveux, ses cheveux à lui - un peu larguée en pleine tempête, elle racle le fond de sa gorge, se redresse sur ses coudes, en baissant la tête.
- mae. elle sourit un peu, il sourit aussi, ils sourient à deux, fiers du stratagème, pour autant elle sent ses joues un peu s'échauffer sous la gêne de se montrer - allen a jamais été bon pour être sur les devants de la scène. elle se gratte un peu la nuque, elle imagine que tout son visage n'est pas totalement mis à nu - il a étrangement bien tenu, même si elle pourrait se donner des airs d'une traînée qu'on aurait trop forcé pendant la semaine. elle laisse un rire lui échapper, mae. pourquoi cette question ? tu devrais le savoir. puisqu'il est répété, placardé, puisque mae est seule important - et d'allen on le laisse non pas aux ordures, seulement aux commandes de ce qui lui permet de vibrer. elle se redresse alors, s'assoit sur le bord du lit, dos à césar - elle angoisse un peu la vipère, de se faire attraper et couper la tête, qu'on farfouille dans ses entrailles, pour y trouver un surplus d'humanité. une fragilité.

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Invité


Invité

corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyDim 1 Juil - 23:32


corps-frontière
mae.
ce matin, ça sonne faux. ce matin, tu n’as pas envie de la croire. elle baisse la tête légèrement mais tu distingues son sourire en réponse au tiens. tu te laisses tomber de nouveau sur le lit, tête légèrement tournée pour ne pas quitter des yeux la créature mystique encore allongée. mae, ce n’est qu’une rêverie. mais elle préfère nier, rejette ta question sans doute pour la meilleure des raisons. elle se redresse, te tourne le dos et tu sens la fuite arrivée.
tu n’as pas pour habitude d’y assister. toujours en train de roupiller quand les jeunes femmes prennent le large, ce sont des soucis qu’elles t’épargnent: les conversations matinales, les sourires hypocrites, les départs trop tardifs. pourtant ce matin tu n’as pas envie qu’elle s’échappe. alors tu te redresses, tu attrapes son bras délicatement.
- mae, ça te va à merveille.
Souffles-tu en te redressant à ton tour, au bord du lit également, tu lui offres une énième caresse laissant tes doigts glisser conte sa nuque. puis tu te lèves, toujours en tenue d’Adam.
- un café ? ... ou mae est de celle à s’évader à peine le soleil levé ?
sourire en coin alors que tu disparais dans le salon, si tel est son désir tu ne pourras certainement pas l’en empêcher. et c’est une clope que tu colles déjà entre tes lèvres, t’affairant déjà dans ce qui te sert de cuisine.




Revenir en haut Aller en bas

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyLun 2 Juil - 18:13


corps-frontière
à merveille, bien sûr à merveille, complètement à merveille. le compliment ne passe pas dans l'oreille d'une sourde, puisque convenablement mae reprend sa place, derrière cette mine déconfite du mécanicien qui huile sa machine-poupée à s'en arracher les doigts. elle sourit un peu, regarde de dos césar, se met à détailler ses courbes avant de se redresser à son tour, dans ses bras s'entassent ses vêtements, son corset, sa perruque, ses talons sont restés dans la grande salle à vivre. elle papillonne des cils, cherche du regard la salle de bain en pudique qui improvise totalement son stratagème - rares sont les fois où elle se transforme devant quelqu'un, où elle remet ses apparats pour établir son passage de l'un à l'autre. elle souffle, le rire dans la parole qui s'y glisse.
- je m'évade. mais tu m'as attrapé avant même que l'idée ne me traverse l'esprit... un café me semble dès lors obligatoire. oeillade à travers l'épaule, elle s'engouffre dans la salle de beauté, fermant convenablement la porte derrière elle. inspiration profonde, allen s'y joint dans un sorte de dépit, regardant l'étendue des dégâts sur le maquillage - il sait qu'il peut le rattraper. sous-vêtements s'enfilent alors, ses côtes se retrouvent à nouveau broyées par son serre-taille qu'il a un peu relâché cette fois-ci, prenant cinq bonnes minutes à faire le noeud dans son dos. les bas viennent naturellement par la suite, la robe qu'il enfile - faite pour elle, toujours pour mae. enfin sur sa tête la perruque, les vrais cheveux dissimulés sous ce qui semble le mieux, et peu à peu ses doigts redessinent, enlèvent ce qui est trop grossier - elle n'est pas totalement plastique cette fois-ci mae, elle passe même dans le lot aisément, sans trop attirer l'attention avec ses lèvres qui hurlent à plus de pâleur. elle inspire, profondément, tapote sur le bas de sa robe pour y enlever la quelconque poussière. pieds nus, elle reste devant le miroir quelques secondes, y attarde toute son attention pour voir ne serait-ce qu'un fil dépassant. presque sans défaut, elle peut en sortir après un temps qu'elle ne saurait totalement déterminer - une trentaine à peu près.
une fois dans la cuisine, elle cale son épaule contre l'encadrement de la porte, croise ses bras, fait pianoter ses doigts, sourcils froncés.
- comment te sens-tu ?

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Invité


Invité

corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyMar 3 Juil - 13:17


corps-frontière
tu l'as attrapé en plein vol.
et un sourire se dessine sur tes lèvres quand elle accepte un café.
un café et vous reprendrez tout deux votre vie.
un café et la porte claquera derrière elle, explosant votre bulle au passage.
retour à la réalité.
quand elle sort de la salle de bain, t'as seulement enfilé un jean. un vinyle des velvet underground grésille sur le tourne disque. une nouvelle cigarette entre tes doigts, alors que tu sers deux énormes tasses de café. elle est juste derrière toi, bras croisés quand tu te retournes. métamorphosée, le retour de la robe, les bas et les cheveux presque blancs. la mine soucieuse. clope calée au coin de la bouche, tu lui tends une des tasses avant de lui passer devant pour rejoindre la pièce à vivre ensoleillée. le dernier étage a toujours eu du bon.
- merveilleusement bien. affirmes-tu. tu poses tes fesses sur le fauteuil en cuir, relevant tes yeux sur Mae. et toi ?
tu souris doucement. première gorgée de café, tu regardes la cigarette se consumer seule au milieu des mégots de la veille. les vestiges de votre soirée décorent la table, les verres vides et les traces de rouges à lèvres, ses talons sont encore au sol. et les images te frappent, des flash back arrivant beaucoup trop tôt, alors tu te lèves, tu te saisis des quelques feuilles abandonnées sur l'un des meubles et c'est devant la baie vitrée que tu te postes. la lecture de ton dernier script pour effacer les images qui t'assaillent.
t'as plus les idées claires.
le cerveau embrumé comme si tu venais de boire une bouteille entière de whisky.
- à croire que quand tu es dans les parages je deviens un homme matinal. ricanes-tu. une phrase plus pour toi même. un constat qui ne te plait guère. tu passes une main dans tes cheveux, lui faisant face de nouveau. pourquoi ? pourquoi tu es encore là ? pourquoi n'es-tu pas partie ? comme toutes les autres, comme tu le fais avec tout les autres ? pourquoi te risquer aux regrets ? les regrets qui dorment paisiblement au fond de tes entrailles, les regrets qui se mêlent progressivement à la peur. mais t'as toujours le même sourire, le même regard un peu trop doux, la même envie destructrice.
Revenir en haut Aller en bas

Mae Monroe

varoom !
rumeurs : 704
venue : 11/05/2018
faceclaim + crédit(s) : pearl liaison + sharkloé.
autre(s) compte(s) : adam ackerman et miguel vargas. ♡
dollars : 2962
réputation :
corps-frontière → césar Empty78 / 10078 / 100corps-frontière → césar Empty


métier : performer, plasticien, styliste - tryptique du délire aux pilules acidulées.
habitation : manhattan.
corps-frontière → césar Large

tu sais comment c'est, quand tu couches pour la toute première fois avec quelqu'un que tu ne connais pas.
[...]
tu es comme un écran vide.
[...]
soudain tu as, complètement inconsciemment, la possibilité de te montrer — face à l'autre — comme tu aimerais être. et souvent, c'est différent de ce que tu es en fait.





corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar EmptyMer 4 Juil - 1:15


corps-frontière
dans le café elle trouve de quoi se perdre un peu - de quoi repenser, se poser simplement, remettre de l'ordre dans ses idées. mae au sourire qui change, qui perd un peu de sa splendeur féline, de sa grandeur provocante - même les couleurs sont plus fades. mais elle reste, reste debout, fait face en attendant le verdict, qui loin des reproches ravive son égo - beaucoup trop grand à porter pour de frêles épaules, de rares fois elle s'est vue écrasée par celui-ci, de rares fois elle s'est mise à croire que ce serait la dernière fois. dernière épopée, dernière venue sur la scène avant de tirer sa révérence, de s'engager dans l'ombre pour ne plus en sortir - s'évaporer comme allen le fait, se délester peu à peu, enfiler convenablement son costume, finir dans une grande usine, rêver seulement la nuit comme le jour de comment le monde aurait pu être refait. grâce à elle grâce à lui. césar semble loin de la haine - même sans gêne, qui en l'état actuel sans alcool dans les viscères, a l'esprit plus que clair. elle en papillonne des cils, un peu moins longs cette fois-ci, indéniablement plus humains - plus ennuyeux. elle boit une gorgée, recherche l'air dans son serre-taille qui à bien des reprises, eut raison d'elle, lui provoquant malaises inattendus.
- je n'ai pas vu l'aube assez rapidement. elle n'avouera pas concrètement mae, que sa compagnie l'amuse autant qu'elle peut la toucher - sorte de maladresse dépitée qui cache de trop profondes crevasses, elle ressasse le nom de famille entendu, qui loin d'être st clair, ramène autre chose. pourtant elle ne fouille pas assez, pourtant elle s'arrête au plus simple - puisque mae existe au présent, jamais au futur, jamais au passé. mais si tu veux que je parte immédiatement, tu n'as qu'un mot à dire. du bout des lèvres elle reprend, se laisse avoir par la chaleur du liquide - elle pousse un léger soupir, les muscles encore endoloris, la démarche qui pourrait être groggy. de toutes ses forces elle se concentre, éradique la fatigue. elle sourit.
- et je vais bien. très bien. merci.
on la déteste une fois, on la déteste deux fois,
puis une troisième - avant de la foutre à la porte.

_________________

je rêve de chocs,
les uns contre les autres,
je veux te retrouver,
au moment de notre collusion -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://weheartit.com/kinjiki/collections/144827079-mae https://open.spotify.com/user/11158060775/playlist/7mveqPg0CTCbidJpW43jcO?si=gS2kcyjtTy-BhUXgGwsC-Q
Contenu sponsorisé



corps-frontière → césar Empty
MessageSujet: Re: corps-frontière → césar   corps-frontière → césar Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
corps-frontière → césar
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Magie et corps à corps
» A corps perdu, ... Immersion dans l'Ocean
» Notre corps est un arbre
» Pourquoi les soldats découpent les corps adverses ?
» La fièvre au corps.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ la fabrique :: le temps de l'amour :: archives :: rps-
Sauter vers: